À travers un point de presse organisé le samedi 22 mai à Dixinn bôra, le chef de file de l’opposition guinéenne, honorable Mamadou Sylla s’est exprimé sur la nomination d’El hadj Fodé Bangoura, président du parti de l’Unité et du Progrès (PUP), nommé au poste de secrétaire permanent du cadre permanent du dialogue politique et social.


Le président du Parti de l’Union démocratique de Guinée (UDG) s’est réjoui samedi de la nomination de l’opposant Fodé Bangoura.

« On se réjouit, parce que vous savez je parle du dialogue, cela fait combien d’années, après les élections législatives, j’ai formé mon cabinet, je prône la paix, nous avons tourné partout voir les partis politiques de l’opposition, des partis du parlement et extra parlementaires, si le dialogue qu’on n’a réclamé longtemps si les choses ont bougé. Je remercie le chef de l’État qui a nommé l’un de mes conseillers de mon cabinet, on n’a toujours demandé le dialogue il faut que le cadre soit meublé, même si la chose à trop tardé, parce que le décret a été pris depuis le mois de janvier. Comme le président a bougé en nommant le secrétaire permanent du cadre de dialogue ; encourager le président à finir complètement avec cette affaire », a souligné Mamadou Sylla devant la presse, et avant d’encourager le nouveau promu. « Nous félicitations El hadj Fodé Bangoura dans ses nouvelles fonctions, et notre cabinet qu’il connaît, on est tous disponibles pour réussir dans sa mission du dialogue, parce que quand il réussit c’est toute la Guinée qui profite. Je ne doute pas de la capacité technique et administrative de l’homme, plusieurs fois dans le gouvernement, secrétaire général à la présidence, sa qualité ne fait pas défaut. Mais le grand problème c’est au niveau du président, tout dépend de lui il faut qu’il donne rapidement les moyens pour qu’il puisse satisfaire la demande de la population », a-t-il ajouté.

L’actuel chef de file de l’opposition a fait des recommandations. « Il faut qu’il consulte les personnes, de ne pas s’enfermer dans le bureau, il est obligé d’aller vers les gens. Voir les responsables de toutes les coordinations du pays. Vous savez tous les responsables sont frustrés, notamment l’attaque du domicile du Kountigui de la basse côté, El hadj Sékouna à tanènè, il y a beaucoup de gens qui sont frustrés. Le nouveau secrétaire permanent doit prendre son bâton de pèlerin pour rencontrer tous les partis politiques, voir tout le monde, les partis du parlement, extra-parlementaires, les autres partis politiques de l’opposition radicale, et nous les partis modérés, aussi la mouvance, pour qu’il comprenne les problèmes de tous. Je pense avec cette démarche il va réussir… »

Propos recueillis par Mamadou Dian Bah