Connu pour son franc-parler dans le domaine économique, Dr Ousmane Kaba a répondu plusieurs questions ce mercredi 26 mai 2021, à l’occasion de l’émission Mirador de la radio Fim fm, où il est revenu sur la nomination de Fodé Bangoura au poste de secrétaire permanent du nouveau cadre du dialogue politique et social. Le président du parti des Démocrates pour l’espoir (PADES) a aussi tiré la sonnette d’alarme concernant l’établissement de la liste de 32 eurodéputés contre vingt-cinq personnalités guinéennes, ce que cela pourrait avoir comme régression pour le pays.

Extrait : « Personnellement, je pense c’est une bonne personne. Dans ce dialogue, il y a deux partis concernés : le RPG-arc-ciel et l’UFDG, mais il faut améliorer les conditions de ce dialogue, donc, il faut que les deux partis mettent de l’eau dans leur vin. Il faut libérer les détenus politiques et surtout, arrêter de priver la liberté de certains leaders politiques concernant leur sortie hors du pays. La nomination de Fodé Bangoura, seulement ne peut pas arranger les différends dans notre pays. Il faut reconnaître quand la situation était tendue à un moment donné, mon parti et moi, avons jugé nécessaire de reconnaître la victoire du professeur Alpha Condé pour éviter une guerre civile en Guinée. Et cela a permis d’apaiser les tensions sociales dans le pays.

L’histoire de la Guinée est une histoire ensanglantée, mais cela est dit à la naissance du pays, car on a obtenu notre indépendance dans la violence. Donc, il faut qu’il ait un dialogue national qui pourra permettre à tout le monde de reconnaître les faits causés. Réellement, il y a eu des violences au cours de ces élections présidentielles, il y a eu des morts et des destructions des biens dont un train à Sonfonia. Ce n’est pas normal mais il faut motiver les arrestations des personnes. Des personnes comme mon neveux Ousmane Gaoual devraient être libérés pour amorcer la situation. La main tendue par le gouvernement n’est pas claire, car il y a toujours des gens en prison. Le PADES ira au dialogue s’il est établi sans attendre, parce que c’est le seul moyen de sortir le pays dans cette situation », a-t-il déclaré.

Poursuivant, Dr Ousmane Kaba est revenu sur la liste des 32 eurodéputés concernant 25 personnalités guinéennes, menacées sous un régime de sanctions de l’UE. « Il faut éviter que nos pays régressent en matière de démocratie. Mais la lenteur de la justice est à l’origine de tout ce que nous vivons actuellement. Donc, il faut prendre très au sérieux ce rapport de 32 eurodéputés et les sanctions qui suivront prochainement…», a-t-il souligné.

Talibé Bah