Il s’agit d’un fait. Le coronavirus qui s’est déclaré mars en Guinée a mis le président Alpha Condé dans une position confortable, politiquement. Plus de manifestations de rue, plus d’affrontements – et presque pas de morts. Les services de sécurité, qui souvent accusés d’exactions, sont aujourd’hui dans un repos confortable – plus de gaz de lacrymogènes, plus de matraques, pas d’injures sur les réseaux sociaux à leur encontre. La Covid-19 est un don de Dieu pour Alpha Condé. La Covid-19 a mis en déroute les rapports alarmistes des ONG internationales sur la Guinée. Le FNDC, de son côté, pleure – aphone, voyant l’évolution d’une situation politique qu’il combat avec virulence. Mais hélas, le temps emporte autant le temps.

À cette heure de Covid-19, les enfants d’autrui ne vont plus mourir dans les manifestations. Les mesures d’urgence sont désormais un fouet contre le FNDC. Tout porte à croire que cette Covid-19 ne finira pas sitôt. Alpha Condé s’est prononcé récemment dans la presse que son souci – c’est comment l’économie du pays ne s’effondre. Cette phrase est lourde de sens. La priorité n’est ni les élections ni les manifestations. C’est une période de grâce pour tous. Une condamnation divine contre la classe politique guinéenne. Alpha Condé avance dans son pion – vers une nouvelle donne politique. Mais va-t-il se représenter ? Allez-y savoir !

Makoura pour www.alerteur.com