La salle des audiences du tribunal de première instance de Kankan a servi de cadre vendredi 9 avril 2021, à une rencontre d’échanges entre les autorités judiciaires et les agents des services de sécurité.


L’objectif était tout d’abord d’interpeller les officiers de police judiciaire (OPJ) de la place, sur de graves manquements constatés dans leurs méthodes de travail qui n’obéissent pas le plus souvent aux normes procédurales en vigueur selon le nouveau code pénal guinéen datant de 2016. Entre autres parmi tant de dysfonctionnements notoires soulignés en marge de cette rencontre, Aly Touré, procureur de la république près le tribunal de première instance de Kankan, a insisté les circonstances de convocation des citoyens par les services de sécurité.

[S’inscrit dans le cadre de la rencontre entre les officiers au cours de laquelle, nous parlons des  choses au quotidien, des termes que les officiers de la police doivent maîtriser, nous avons dans notre calendrier de travail, la rencontre annuelle avec les officiers de la police  judiciaire, nous débattons sur les éléments que nous constatons dans l’exercice de notre travail au cours duquel le terme portait sur l’enquête en délit de flagrance et préliminaire  et l’enquête en terme de découverte de cadavres].

Ensuite, le procureur Aly Touré n’a pas manqué de livrer quelques statistiques judiciaires depuis sa prise de fonction en 2018. [Les statiques des procès-verbaux que la police et gendarmerie ont   envoyé depuis 2018 : la gendarmerie, la direction régionale de la police ville de Kankan, nous avons 92, la compagnie de la gendarmerie territoriale 181 dossiers, le commissariat urbain de korialen 112  dossiers et ceux de missiran 12, pour karfamoriah 3, la compagnie spéciale de la sécurité routière de la gendarmerie 4 dossiers, les agents de corps de conservateurs de la nature 2 dossiers, la région de la gendarmerie 4, le commissariat central de la police qui avait envoyé 288, au total, nous avons reçu 795 dossiers des mains de la police et de la gendarmerie depuis 2018 qui ont été repartis en délits et crimes, dont 47 crimes et délits 748, dont les 564 dossiers ont été jugés].

Après avoir pris part à la rencontre, Alfred Dopavogui, a apprécié cette initiative du procureur et promet de veiller désormais sur le respect strict des normes. [Par rapport à ces nouvelles que nous venons de recevoir, très prochainement, nous allons essayer de remédier les mauvaises habitudes que l’OPJ faisait avant par rapport à la nouveauté et les connaissances que nous avons apprises à cette réunion est le comportement fantaisiste que les citoyens font].

A rappeler que les grands absents de cette rencontre étaient les agents de la brigade de recherche.

Saran Camara

Tel : 621 51 87 59