L’intelligence politique avertit que les six ans sont longs pour un homme politique dans l’intention de conquérir un pouvoir dont on n’est pas trop sûr de l’emporter. Et alors qu’en politique, le poids économique épuise trop souvent les politiciens. Ils sont au centre de tout ; ils sont perpétuellement aux manettes pour diriger et de rediriger leurs partis. La transhumance politique pourrait être à leurs yeux une solution ; se basculer dans la majorité au pouvoir pour se carburer en vue de faire face aux défis. Sans trop analyser, nombreux sont des citoyens qui comprennent l’intention de Dr Ousmane Kaba. En Afrique, l’opposition est synonyme de la galère, de l’emprisonnement, de privatisation de certains intérêts…, après avoir été un moment aux côtés d’Alpha Condé, le technocrate érigé en politicien n’entend plus continuer la galère au sein d’une opposition dispersée.
Récemment, Dr Ousmane Kaba a montré son intention d’occuper la primature : « Moi, Premier ministre, il y aura des routes et de l’électricité en Guinée, ça au moins c’est clair. Parce qu’il faut entrer dans le gouvernement pour travailler et pour aider le grand-frère, mais pas à n’importe quelle condition et ne pas faire n’importe quoi. Moi, je suis prêt à aider le professeur à améliorer la gestion du pays… », a-t-il déclaré. Désormais, c’est le début d’une vive convoitise autour du poste de Premier ministre.
Dian Bah pour www.alerteur.com