Le président guinéen Alpha Condé a reçu vendredi le vice-président malien de la transition, Assimi Goita, au cours de cette visite, les deux hommes ont parlé de sécurité et de coopération. Le Nord du Mali est en proie à l’insécurité et aux menaces de groupes djihadistes. Le militaire malien était venu se confier à Alpha Condé ; c’est une suite logique de leur rencontre au dernier sommet de la Cedeao à Accra sur le Mali.
« Nous ne sommes pas des hommes du désert mais nous sommes à Kidal depuis 2014 », a lancé le président Alpha Condé devant la presse après son entretien avec Assimi Goita. L’armée guinéenne est présente au Mali dans le cadre de la mission internationale contre les groupes djihadistes au Nord du pays
 Et de rappeler : « J’ai dit au président Hollande que soixante ans après l’indépendance c’est une honte qu’on soit incapable de nous défendre. Si Hollande n’était pas intervenu, on aurait eu le terrorisme partout. Évidemment dans beaucoup de pays, les populations ne comprennent pas la présence de l’armée française. Elles critiquent. Il revient aux dirigeants d’expliquer, non pas de dire que les gens qui manifestent contre l’armée française sont des terroristes. La situation du Mali est très complexe. Comme je l’ai dit, nous n’avons rien contre Touaregs, ils sont des Maliens comme les autres. Mais nous sommes contre les gens qui prennent les armes. La situation au Mali est compliquée… ».

Dian Bah