Son retrait momentané de la vie politique a été soudainement perçu par l’opinion comme un coup dur pour le principal parti de l’opposition en Guinée. Comme il aura souligné dans sa déclaration qu’il s’agit « d’une convenance personnelle » dans le but de marquer une pause en politique pour se consacrer à autre chose. De fil en aiguille, Alpha Bacar Bah a donné les raisons de son retrait de la vie politique, ce mardi 9 mars 2021, à la faveur de l’émission « les grandes gueules » de la Radio Espace Fm.

Extrait : « Je m’incline devant les victimes des manifestations politiques, une pensée à tous les détenus, au président Cellou Dalein Diallo et tous les responsables du parti. En octobre dernier, à Bruxelles, je me suis rencontré avec des amis qui voulaient me confier de tâches mais avec mon appartenance politique, je ne pouvais m’exercer. Mais bien avant cela, j’avais pris une décision depuis fin 2018 d’arrêter de faire la politique en 2020 pour me consacrer à ma famille et j’ai décidé de faire une pause pour reprendre les cours à l’université », a déclaré Alpha Boubacar Bah, jadis proche de l’opposant Cellou Dalein Diallo.

« Après cette étape, j’ai décidé quelle que soit l’issue des élections de 2020. Après 10 ans, je n’ai pas fait un boulot à part la politique et c’est un boulot qui ne fait pas la vie et j’ai honte d’attendre Cellou Dalein Diallo pour me donner à manger, je dois faire les besoins pour ma famille. J’ai dû divorcer avec ma 1ère femme à cause de mon travail intense dans la politique. »

Tout de même, il rappelle qu’on doit faire la politique en travaillant parallèlement. « Avec le président Cellou, il est parfaitement informé et il est d’accord. Je suis membre du cabinet de Cellou et je fais partie de gens qui ont pris cette décision de ne pas aller à cette élection législative couplée au référendum. Etant un natif de Forécariah, je ne suis attiré à aucun parti politique. Je suis l’un des cadres du parti qui a le courage de venir dire au président Cellou ce que je pense, mais pour l’instant, il faut que je fasse une pause voire même un retrait momentané de la politique. Grâce à El hadj Cellou, je ne suis pas un anonyme pour qu’une entreprise m’emploie dans le coulis et je suis tranquille avec Cellou… ».

Pour conclure, le désormais ex-proche de Cellou Dalein Diallo exhorte le président de la République à libérer les détenus politiques en vue d’un apaisement et d’ouvrir les frontières avec les pays voisins, y compris de lever le verrou d’interdiction de sortie mis sur Cellou Dalein Diallo.

Talibé Bah