Mort au combat le 20 avril 2021 en affrontant l’avancée des groupes rebelles du Front pour l’alternance et la concorde (FAC). Le maréchal Idriss Deby Itno était l’homme de la communauté internationale dans la lutte contre les groupes djihadistes presque dans tout le sahel.


Les dirigeants des puissances occidentales ont chacun salué sa mémoire – et surtout lui qualifiant ‘’d’ami courageux’’, telle fut la réaction du ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. La ministre française des Armées, Florence Parly, a pour sa part, affirmé que la France “perd un allié essentiel dans la lutte contre le terrorisme au Sahel”. Donc unanimement les grands du monde s’accordent sur le caractère héroïque d’Idriss Deby Itno dans la lutte interminable contre le terrorisme.

Sa disparition entraînera forcément des conséquences sur le plan politique du pays. Le soldat qu’il se revendiquait tout moment, a pris le pouvoir par les armes, notamment avec l’aide de la France. Une relation des deux pays qui continuera jusqu’à sa mort le 20 avril 2021. Cette place centrale qu’occupait Idriss Deby Itno dans la lutte contre le terrorisme faisait de lui l’homme inamovible au pouvoir ; il s’agit des exonérations pour son maintien au pouvoir que les puissances lui accordaient. L’homme était une nouvelle fois réélu pour un sixième mandat. Mais l’histoire ne lui permettra non plus d’assumer cette portion du pouvoir à vie, parce que mort au combat pour la défense de l’intégrité territoriale du Tchad.

Son fils Mahamat Idriss Déby a pris les choses main après l’annonce officielle de la mort de son père. Il est porté à la tête d’un Conseil militaire de Transition, composé de 15 généraux de l’armée qui dirigera le Tchad pour une période de 18 mois. Les institutions démocratiques furent dissoutes. Cette nouvelle donne semble de loin être une porte de sortie. Car l’opposition, la société civile et les groupes rebelles du FAC, n’entendent pas de cette oreille-là, ils sont plutôt favorables à la suite logique du respect de l’ordre constitutionnel.

La disparition donc du maréchal Idriss Déby Itno est une perte énorme pour la région du sahel, à cause du déploiement important de ses soldats aux fronts pour combattre les groupes terroristes. Donc, dans une certaine approche, l’homme à la vertu d’un dictateur progressiste !

Par Moussa Diabaté, journaliste