Il peut se frotter les mains, parce qu’il n’a pour l’instant pas passé sous les fourches caudines de la Crief en matière d’infractions économiques et financières, dont le colonel Doumbouya jure de mettre fin, malgré les cris d’indignation de certains observateurs qui se soucient des atrocités morales que subiraient les anciens dignitaires du régime Alpha Condé. Kassory et Cie, qui ont exercé les fonctions de ministres dans le gouvernement du professeur Alpha Condé supportent aujourd’hui des coups à la différence de Siaka Barry, puisqu’il continue à poursuivre ses activités politiques sans être aucunement inquiété par la junte, alors qu’il fut ministre, le fils spirituel du président déchu Alpha Condé, dit-on, et qui répondait avec ses plumes intelligentes à toutes les critiques à l’encontre du premier.

Siaka Barry est un garçon intelligent, témoigne -ton. Son succès écrasant dans l’opinion publique à travers son parti MPDG le prouve. Il est considéré par certains observateurs comme le « candidat principal » du CNRD aux prochaines élections. Il a également fait des tournées en Haute Guinée en vue d’une certaine manière pour chérir les militants du RPG.

D’ici là s’il n’est pas brimé par le CNRD, les opinions pensent en coulisses qu’avec son parti MPDG, il pourrait être le prochain président de la Guinée, quelle que soit la nature du scrutin. Mais dans tous les cas, la Guinée est un pays qui ressemble à une marmite remuante.

 

Par N’faly Sano