De nos jours, nombreux sont des jeunes guinéens qui n’attendent pas de l’État pour être employés. Qu’il soit étudiant où diplômé, certains tentent bien que difficile d’entreprendre pour subvenir à leur besoin. Cependant, certains jeunes rencontrent des difficultés dans la création de leurs entreprises. Alassane Camara, propriétaire d’une agence de voyage à Lambayi, en haute banlieue de Conakry explique son aventure.

« L’entreprenariat, en quelque sorte, c’est l’autonomisation. Parce qu’après les études, nous n’étudions pas tout pour être ministre ou bien être employé à la fonction publique, mais nous étudions pour mener à mieux notre vie. C’est pourquoi il faut se lancer dans l’entreprenariat, une façon d’être autonome. C’est-à-dire la création de la croissance et de la richesse.  Notre entreprise à une expérience de plus neuf ans sur le territoire guinéen. Nous sommes spécialisés dans la prestation générale, mais aussi également dans l’assistance visa principalement pour les étudiants qui désirent aller étudier à l’étranger. Nous avons des partenariats avec les universités publiques comme la France à travers campus France, mais aussi des universités privées de Canada, Turquie, USA, ou encore Luxembourg. »

Évoquant des difficultés rencontrées, Alassane Camara relate : « Effectivement, des entreprises comme la nôtre aujourd’hui est pointée du doigt dans la capitale guinéenne comme étant des entreprises de l’arnaque contrairement à notre entreprise “R2R agence” qui est fondée sur la base de la vérité de l’égalité. Nous n’arnaquons personne donc, c’est pourquoi lors de la création on a eu beaucoup de difficultés d’obtention des dossiers administratifs, parce que ceux qui nous ont précédé, il y a eu tellement de problèmes avec la DCPJ concernant ce genre d’entreprise, mais au fil du temps et la cohérence de notre activité, de notre idée, notre entreprise a fini par obtenir son statut légal. La difficulté en Guinée dans l’obtention des documents administratifs le plus important, c’est la lenteur, parce que sans ces documents on ne peut pas exercer ce genre de métier dans un pays de loi sans l’autorisation.

Sur le côté client comme je le disais ces genres d’entreprises sont considérées aujourd’hui comme des entreprises d’arnaques, c’est qui n’est pas le cas pour notre entreprise “R2R agence”, bien ce n’est pas facile de gérer les clients surtout en Guinée le guinéen est trop pessimiste, le guinéen, la passion domine toujours sa raison, même à vue d’œil le guinéen apporte rapidement leur jugement, mais il faut savoir comment gérer les clients, surtout je comprends leur réticence, parce qu’ils investissent leur argent, nous ce qui fait qu’on n’a pas assez de problèmes avec les clients, c’est parce que nous sommes capables de financer la procédure de nos clients jusqu’à la fin après et ils nous remboursent, pour qu’il ait la confiance entre nous. Donc nous, nous sommes très cohérents dans tout ce que nous faisons ».

Alassane Camara lance un appel aux jeunes qui aspirent se lancer dans l’entreprenariat. « Tout ce qu’on fait dans la vie, on doit être honnête, tout jeune qui souhaiterait de se lancer dans l’entreprenariat, je lui demanderai d’être honnête, d’avoir le souci de ces clients parce que ces clients mettent de l’argent pour que sa procédure réussisse et éviter de penser de tromper vos clients. L’entreprenariat qu’on aime chanter tous les jours, c’est une ambition qui n’est pas facile à réaliser surtout dans un pays comme la Guinée où les accompagnements sont limités. Mais il s’agit d’être ambitieux, courageux et motivé », a-t-il conclu.

Propos recueillis par Talibé Bah

Tel :628 33 37 48