C’est un effet boomerang qui semble se dessiner contre le mouvement du 5 juin [M5], s’agissant d’un groupe d’opposants qui a demandé la démission du président Ibrahim Boubacar Keita [IBK] – ce dernier a finalement démissionné à la faveur d’un coup d’Etat.

Après avoir rencontré mardi 15 septembre les dirigeants de la Cédéao pour présenter à ces derniers la charte de la transition issue des consultations populaires, les acteurs du CNSP [auteurs du putsch au Mali] ont tenu une conférence de presse mercredi 16 septembre, à l’issue de laquelle, pour la première fois, ”les militaires disent favorables à une transition dirigée par un militaire”. C’est en tout cas, l’info relayée par le correspondant de RFI à Bamako, Serge Daniel.

Dian Bah avec (RFI)