De l’alliance électorale en alliance politique, l’Alliance Nationale pour la l’Alternance et la Démocratie (ANAD) vient d’être constituée en coalition politique le 14 juillet 2021, autour notamment du leader de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo. Mais dès après la naissance de ladite plateforme, deux de ses membres ont été arrêtés par la police le même jour, dont un du nom de Tierno Yaya Diallo, relaxé tard la nuit, mais le responsable de la commission communication de l’ANAD, Kéamou Bogola Haba est toujours entre les mains de la police.

Intervenant ce jeudi 15 juillet 2021 dans l’émission Mirador de Fim fm, l’opposant Cellou Dalein Diallo est longuement revenu sur des épreuves qui ont prévalu la création de l’ANAD.

« On a constitué une forte alliance regroupant plus de (20) vingt partis politiques qui m’avaient accompagné lors de l’élection présidentielle », a-t-il l’opposant Cellou Dalein Diallo, avant de revenir sur la création de  l’ANAD comme alliance politique.

« L’ANAD en tant qu’alliance électorale, décidée de porter ma candidature, nous avons fait une brillante campagne à l’intérieur du pays avant que cette campagne ne soit interrompue lorsque nous avons pris le chemin de la haute Guinée. Nous avons partagé ces moments de joie avec tous ces gens. Nous avons organisé notre participation à cette élection ensemble, et nous avons gagné les élections. Un lien très fort s’est tissé. Mais depuis la fin des élections, nous sommes soumis ensemble à toutes sortes d’exactions. Ces relations se sont consolidées. Une grande confiance est née entre nous. Nous avons constaté qu’au-delà de l’élection, nous partagions beaucoup de valeurs et nous avons souffert ensemble… », a-t-il souligné.

Et de renchérir : « à l’issue de neuf et dix mois de collaboration, on a estimé qu’il était important de créer une alliance politique pour faire face et cette alliance est née hier et naturellement, ça n’a pas laissé le pouvoir indiffèrent et c’est dans ce cadre que la campagne d’intimidation et de violence a repris avec un peu plus de force. On a arrêté Bogos qui est un acteur majeur, qui est le président de la commission de communication de l’ANAD, naturellement, on l’a arrêté, lui et Tierno Yaya Diallo pour les envoyer comme d’habitude à la DPJ dans le cadre de cette campagne d’intimidation d’essayer de mettre un terme peut-être pour l’activité de cette ANAD qui trouble le sommeil du pouvoir. Cette arrestation se situe dans le cadre de la répression des voix discordantes, parce que l’ANAD s’inscrit clairement dans la dénonciation des mauvaises pratiques de la gestion de l’Etat et de la revendication de la victoire que le peuple de Guinée nous a donnée le 18 octobre 2020… », a-t-il ajouté.

Par Makoura pour www.alerteur.com