La déclaration par la forme ressemble à un soutien de taille pour les opposants au régime d’Alpha Condé. Dans une déclaration publique en date du 21 juillet 2021, l’Ambassade des États-Unis en Guinée a relativement « félicité la récente libération provisoire de quatre membres de l’opposition après huis mois de détention provisoire », pouvait-on lire dans la déclaration, avant d’ajouter qu’il s’agit d’une étape positive vers la réconciliation nationale.

Par contre, les États-Unis mentionnent dans la même déclaration que « ce geste contraste fortement avec l’arrestation et la détention de la figure de l’opposition Kéamou Bogola Haba le 14 juillet par le gouvernement guinéen. Cette dernière détention suggère que le gouvernement guinéen continue à arrêter et à réduire au silence les voix politiques de l’opposition… »

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement guinéen, Tibou Kamara n’a pas tardé à réagir à cette déclaration que « le gouvernement note aussi le vœu partagé par tous les républicains et démocrates que les procédures en cours, relatives à différentes affaires pendantes devant les juridictions du pays. Il a aussi rappelé que le gouvernement n’est pas un obstacle ni une menace contre les droits et les libertés des citoyens…

Par Dian Bah