Après sa victoire pour un 3e mandat, le débat relatif au choix d’un Premier ministre s’intensifie. Les pions poussent de toutes parts. Les mamelouks du chef, par l’intermédiaire des communicants, font des stratagèmes pour avoir la cote de popularité dans l’opinion. Le président Alpha Condé observe chaque comportement. Il a librement la manette de sa future gouvernance. Selon nos informations, il donnerait peu d’occasions à ses affidés qui lui montreraient des CV.

Dans les coulisses du Palais, l’actuel Premier ministre semble gagner le pari de sa reconduction au palais de la Colombe. Il aurait des réseaux forts dans l’administration et au sein du RPG. Ses adversaires seraient loin de l’évincer. Mais chaque jour qui passe en rajoute aux rumeurs et aux galères pour le choix d’un Premier ministre.

Dans une récente sortie, Alpha Condé dit que c’est lui qui prend le décret et que personne ne l’influence. Mais le temps qu’a fait le président Alpha Condé depuis son installation officielle jusqu’à maintenant prouve davantage qu’il aurait une certaine pression sur ses décisions.  De Kissidougou à Yomou, de Conakry à Dubréka, de Labé à Pita, de Kankan à Mandiana, il y a eu des mamelouks qui ont mobilisé la masse à voter pour lui. Gouverner autrement ne peut se faire sans l’avis des grands électeurs. Et l’avenir du RPG dépendra des futures décisions du président Alpha Condé, y compris le choix du prochain Premier ministre.

Makoura pour www.alerteur.com