Le microcosme politique guinéen offre de fois au public des faits inattendus. L’événement marquant est qu’à travers une déclaration, l’UFR s’engage pour la Guinée. C’est l’amoindrissement de sa ligne politique vis-à-vis du pouvoir d’Alpha Condé. Sidya Touré qu’on connaissait un farouche opposant contre le 3e mandat du champion du RPG, ne trouve mieux, sinon que s’engager désormais pour la Guinée.

Pour Bah Oury, qui dirige le Parti l’UDRG, dit que « la décision de l’UFR va en droite ligne, avec la nécessité de privilégier une concertation responsable des acteurs des forces vives, pour engager le pays dans une voie d’apaisement qui permettrait de trouver des voies et moyens de résoudre de manière durable, la crise globale que la Guinée connaît aujourd’hui ». Donc, en réalité, les lignes commencent à bouger chez des opposants.

Bah Oury ajoute aussi que « le président Alpha Condé devrait saisir cette opportunité pendant qu’il est temps, avant que les choses ne se compliquent. Du fait d’une demande sociale longtemps insatisfaite, de la montée des crises de toute nature comme ce qui s’est passé à Macenta, de l’aggravation de la pauvreté, du fait du covid-19 et des conséquences de la fermeture des frontières qui font que les paysans sont en train de croupir dans la misère, et le chômage est en train de s’intensifier à cause des décisions gouvernementales. Si tout cela devient un cocktail explosif, avant que ça n’éclate vaut mieux par le dialogue, la responsabilité, par une vision positive de l’avenir de la Guinée engager ce processus de concertation véritable, pour que le pays s’en sorte (…) », a-t-il déclaré dans les colonnes du site mosaiqueguinee.com.

Dian Bah avec (mosaiqueguinee.com)