Ancien ministre de la Sécurité et actuellement l’honorable député à la IXe législature guinéenne sous les couleurs du parti ARENA. Koureissy Condé a la qualité d’un bon orateur. Difficile à égaler. Invité de l’émission « On refait le monde » sur la radio Djoma FM, le jeudi 18 février 2021, le spécialiste de la résolution de crise et des conflits politiques a reconnu le poids politique de Cellou Dalein Diallo. Mais de toute façon il insiste pour tourner les pages, celles issues des précédentes élections. Bien que ce soit un exercice d’équilibre quand il parle « les uns des autres », Koureissy Condé reste optimiste sur le fait que les Guinéens peuvent se parler.

Extrait : « El hadj Cellou Dalein Diallo, qu’on le dise, qu’on l’appelle chef de file ou autre chose, il est quand même beaucoup de chose. Il faut le reconnaître, cela ne change pas, ça c’est la donnée réelle. Mais Puisqu’il n’a pas été partie prenante à la fois des élections législatives, les effets conséquents amènent un autre à prendre le statut de chef de file de l’opposition. C’est l’absence des uns qui a favorisé la présence des autres. Donc, ce que nous devons faire, c’est de chercher à renforcer ce qui est de l’opposition, ex-parlementaire et parlementaire en tenant compte de ce que chacun pourrait apporter à l’édifice national. Je pense que les Guinéens peuvent se parler. Je suis fondamentalement optimiste dans ce sens.

Lorsqu’on dit ça ”ne marchera pas”, lorsqu’on dit que ”ça n’aura pas lieu”. On se trompe. Mais qu’à cela ne tienne. Il faut aujourd’hui tourner la page. Relire les pages et les tourner et faire en sorte que tous ceux qui sont victimes, que ces victimes-là se sentent représentées, reconnues. D’autre part, que les coupables, les moyens coupables, qui ont déjà fait l’exercice de la souffrance pénitentiaire, de la sanction, puissent recouvrir leur liberté sur la base de garantie mutuelle pour que nous puissions commencer à travailler normalement ensemble… ».

Makoura