Difficile pour l’instant de le déchiffrer. Parce qu’il parle peu, à la différence de Moussa Dadis Camara. Il apparaît en public en homme serein, ordonné, voire structuré. Les politiques guinéens ont-ils été pris par un gros hameçon ? -,  c’est la grosse question qui viendra  dans les mois à venir pour édifier le peuple de Guinée si la chute d’Alpha Condé a été une bonne chose au-delà de l’argument du troisième mandat.

Le colonel putschiste, Mamady Doumbouya a rencontré la classe politique guinéenne, ce mardi 14 septembre 2021, au siège du parlement guinéen, palais du peuple. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre des consultations promises par la junte en vue d’esquisser la démarche de la transition. Pour entamer son imposant discours, le colonel putschiste a demandé une minute de silence à la mémoire des morts, sans donner de précisions s’il s’agit des victimes liées à ce coup d’État. Nous vous reproduisons verbatim les mots du colonel putschiste en collection de phrases.

[Lorsque nous avons décidé de prendre nos responsabilités, le premier principe que nous nous sommes imposés, ce n’est pas de répéter les erreurs du passé.  C’est toujours dans cette logique que nous avions décidé d’inclure toutes les forces vives de la nation. Dans une démarche inclusive afin que toutes les décisions qui doivent régir cette nouvelle ère soient prises de façon inclusive et participative.

Au-delà d’une démarche de courtoise républicaine, il s’agit ici pour nous, dans un premier temps, rencontrer chacune des composantes de la nation, en tout cas, les grandes composantes de la nation, afin de les écouter, d’entendre les acquis des uns et des autres et dans un second temps, de collecter et de recueillir toutes les propositions devant nous permettre d’aller à bon bord.

Cependant, cette démarche ne signifie pas que la porte est ouverte à toutes les confusions. À toutes les bases pratiques politiques. Nous n’accepterons aucune de vos demandes. Aucun désordre dans les démarches. Nous n’accepterons pas de commettre les mêmes erreurs comme nos aînés. Vous ne devez pas ignorer ni oublier que si nous en sommes encore en 2021, à vouloir tout reprendre à zéro pour notre pays. C’est en grande partie, parce que nous, de l’armée et vous, les élites, intellectuels, politiciens, hauts cadres, avions échoué depuis des années. C’est parce que nous avions toujours mis devant nos intérêts individuels…

Cette erreur ne se reproduira plus. Que cela soit dit, compris et inculqué. Il y en a parmi nous dans cette salle qui était déjà ministre, Premier ministre, haut cadre, etc. Alors même que la plupart des victimes de ces dernières années n’étaient même pas encore nées. Nous devons prendre conscience. Nous avons pris nous responsabilité, vous devez prendre les vôtres. C’est pourquoi, nous ne tolérons aucun calendrier, aucun agenda politique, individuel dans cette démarche. Nous ne tolérons aucune exclusion. Nous ne tolérons aucun calcul politique individuel ou partisan. Nous ne tolérons aucune stratégie partisane, que cela soit clair pour chacun et pour tous. Le calendrier qui vaille est celui du peuple de Guinée qui a tant souffert. Nous vous prions, donc de bien vouloir en tenir compte dans vos réflexions et dans vos propositions…]

Par Makoura

(0024 657 88 24 60)