En Guinée, faut-il bien rappeler, chaque manifestation de l’opposition a toujours son lot de morts sans compter des blessés et des dégâts matériels importants. Tous ceux-ci ne semblent pas créer le moindre ressentiment de la part des acteurs politiques à changer de méthode ; les autorités aussi n’arrivent toujours pas à dénicher les circonstances qui font que les citoyens y trouvent la mort pendant les manifestations. La situation politique est crispée mais les acteurs politiques de l’opposition ne reculent pas ; ils sont dans une sorte de boycott; ne pas aller aux législatives prévues au mois de février 2020.

À propos, voici ce que dit le président de l’UFR, Sidya Touré : « Je voudrais vous féliciter pour cette journée de manifestation observée à Conakry et dans les villes de l’intérieur du pays. Nous avons prouvé à la face du monde que le combat que nous menons est un combat populaire ; est un combat pour le peuple de Guinée (…) ».

Pour l’heure, aucune brèche de médiation n’est en vue. Une situation qui laisse entrevoir que nous allons vers les législatives prochaines. Mais attendons de voir !

Makoura