Contrairement à la version de la police relative à l’arrestation du journaliste Amadou Djouldé Diallo, arrêté récemment pour avoir tenu des “propos d’offenses” au chef de l’Etat, un de ses avocats, Me Salifou Béavogui a insisté sur le fait que son client n’a jamais reçu de convocation. Il a même parlé de l’arrestation brutale de son client. Cet argument contredit celui de la direction centrale de la police judiciaire.

« En tant que collectif des avocats du journaliste-historien, M. Amadou Djouldé Diallo, contestons avec la dernière énergie l’information selon laquelle notre client avait reçu une première, une deuxième convocation. Non et non. Notre client n’a jamais reçu une convocation. Il n’a jamais été informé de l’existence d’une information plus forte raison d’une procédure judiciaire contre lui. C’est au petit matin du 27 février 2021 lorsqu’il venait au stade du 28 septembre pour faire un contrôle sanitaire de routine, c’est là où après son contrôle, il voulait faire un peu de sport, c’est là où il a été brutalement arrêté, c’est là où son destin a croisé le parcourt dont il est soumis aujourd’hui très malheureusement… », a-t-il déclaré.

Propos recueillis par Dian Bah