Ce 1er mars 2021 marque l’An 61 de la création de la monnaie guinéenne après tant d’années de circulation dans les marchés du pays. Le directeur des statistiques de la Banque centrale de la République de Guinée (BCRG), Tidjane Diallo est revenu sur des réformes qu’a connues la monnaie nationale.

Extrait : « L’état de santé de la monnaie guinéenne, je dirais qu’elle se porte bien. Elle se porte mieux par rapport au franc CFA ou à certaines monnaies étrangères. Dans le système monétaire, la Banque centrale assure le cours des matières premières, car la force d’une monnaie dépend de la production nationale et ce, on peut s’en féliciter avec les mines. On ne peut pas parler de la monnaie sans faire allusion à la dépréciation monétaire autour d’un chiffre de 6 à 7% d’inflation, mais la présence de la maladie à coronavirus a contribué à cette augmentation de l’inflation à cause de la télé travaille. La hausse des transports maritimes, la tenue des élections dans notre pays, la construction des grandes infrastructures sont des facteurs de la dépréciation de notre monnaie. » 

Parlant du manque de petite coupure dans le marché, il rassure que : «si on fait un constat de ce qui se passe à l’interne on pourrait introduire une nouvelle coupure plus élevée que le biais de 20.000». Sur la monnaie unique de l’eco, il affirme que : « La Guinée est fortement impliquée dans les débats sous-régionaux sur (L’ECO), la future monnaie commune de la Cedeao, on est présent sur tous les débats concernant la création d’une banque centrale régionale ».

Et de parler sur l’ouverture des agences de la BGRG à l’intérieur du pays, le chargé des statistiques de l’institution bancaire précise : « L’inauguration d’une agence bancaire à Mamou a pour objectif de faciliter la bancarisation comme à Boké, Kindia, Labé afin de permettre aux autres banques de venir s’installera », a-t-il conclu.

Le directeur des statistiques de la Banque centrale de la République de Guinée note que malgré certaines lacunes du système bancaire du pays, des réformes ont été mises en œuvre qui ont changé bien des choses.

Talibé Bah

628 33 37 42