Alors qu’il croupit encore en prison depuis le 1er mars dernier, le journaliste Amadou Djouldé Diallo a été arrêté dit-on pour ‘’offense au chef de l’Etat’’ le 27 février 2021. Ce lundi, un collectif de soutien au journaliste sportif était face à la presse dans la maison commune des journalistes à kipé, une rencontre au cours de laquelle le collectif a lu une déclaration sur la détention prolongée du journaliste, se basant sur la violation de la loi 002. Sayon Camara, coordinateur dudit collectif invite tous les hommes de médias à une marche pacifique ce mercredi.


‘’Le collectif décide d’organiser une marche pacifique le mercredi 31 mars 2021 pour dénoncer la détention préventive de notre confrère Amadou Diouldé Diallo. A cet effet, une lettre d’information a été déposée à la mairie de kaloum le vendredi 26 mars dernier. En ce qui concerne l’itinéraire pour la marche, bourse du travail point de départ, musée Sandarvalia, mosquée sénégalaise, carrefour banque centrale puis ministère de la justice point de destination. À cette occasion, nous invitons l’ensemble des journalistes, les associations professionnelles de la presse, la société civile, les ONG de défense des droits humains à se joindre à nous pour dénoncer la violation de la L 002 portant la liberté de presse en Guinée’’.

Par ailleurs, le directeur du bureau Afrique de l’Ouest des reporters sans frontières Hassane Diane ‘’exhorte aux autorités guinéenne la libération immédiate et sans condition des tous les journalistes détenus en Guinée dont Amadou Diouldé Diallo et Amadou Sadjo Diallo poursuivi pour diffamation’’.

Enfin, le collectif en collaboration avec Me Thierno Souleymane Baldé, rassure qu’il a le soutien des associations de presse, société civile, représentants diplomatiques et institution de droits humains, et dit ne compte pas baisser les bras jusqu’à la libération du journaliste.

Talibé Bah