Il y a lieu de crier haro pour l’instauration d’une urgence sanitaire nationale contre la maladie à coronavirus. Récemment, le chef de l’État guinéen, Alpha Condé a ramené le couvre-feu de 00 heures à 22 heures expliquant aux populations la nécessité de la menace du variant delta qui touche largement les citoyens ces derniers jours. C’est donc, au cours du Conseil des ministres du 10 août 2021, que le Premier ministre, Dr Ibrahima Kassory, est revenu sur l’évolution rapide des cas à la covid-19. C’est l’indication faite par le porte-parole du Gouvernement, Tibou Kamara.

[Avant son compte rendu de la session du conseil interministériel, Monsieur le Premier Ministre est revenu, à son tour, sur l’évolution inquiétante dans notre pays de la Pandémie de la COVID-19. Les chiffres, somme toute, alarmants incitent à une prise de conscience individuelle et collective et à une véritable mobilisation nationale : la barre de 1000 personnes testées positives par jour en passe d’être franchie, le seuil de 10 cas de décès hospitaliers, quotidiennement, quasi atteint. Dr Ibrahima Kassory Fofana, en tirant sur la sonnette d’alarme, a indiqué que plus que par le passé, le Gouvernement doit se mettre en ordre de bataille pour inverser cette tendance préoccupante. Aussi, suivant les recommandations et consignes du comité interministériel de riposte contre la COVID-19, a-t-il demandé, aux membres du Gouvernement de proposer chacun des mesures ciblées et volontaristes dans le cadre de la campagne de prévention au sein des différentes administrations sous leur responsabilité, auprès des populations, en général…] C’est un pan de phrases tirées du Conseil des ministres.