Le procureur général de la Cour d’appel de Conakry a rencontré ce mardi 11 janvier à Conakry les officiers de la police judiciaire (OPJ) et les officiers de la gendarmerie pour une nouvelle orientation dans l’exercice de leurs fonctions.


Près d’une heure de communication, le procureur général de la Cour d’appel de Conakry se dit étonné quand un officier de la police judiciaire commence une enquête et que par des coups de téléphone par-ci par-là, on leur dit mettez fin à l’enquête. Je vous demande de refuser d’être le maillon faible de l’appareil judiciaire, exhorte Charles Whrigte.

Selon lui, quand il s’agit du respect des textes de loi, il n’a aucun sentiment. Je n’ai pas de sentiment quand il s’agit de la loi. Si c’est par l’application de la loi que je dois incendier la Guinée, alors la Guinée sera incendiée par l’application rigoureuse de la loi, a-t-il aussi souligné.

Parlant de la mauvaise utilisation des réseaux sociaux, le procureur fait une mise en garde.

« Vous savez, notre Constitution a prévu la liberté d’expression. Le Président de la République l’a dit qu’il n’est pas là pour museler cette liberté venant de qui ce soit.  Alors, en ce qui concernant ses infractions qui sont commises au niveau de l’espace criminel, sur les réseaux sociaux, parce que dans notre jargon, nous on appelle ça l’espace criminel, c’est-à-dire que, si vous publiez, vous tenez les propos de nature injurieux sur les réseaux sociaux, cela va s’en dire que, vous êtes en train de commette une infraction par le billet d’un système informatique. Vous savez que nous avons une loi sur la cybercriminalité, qui est une loi très rigoureuse, avec des peines très lourdes, nous n’hésiterons pas de dire la loi en vertu de l’article 42 du code de procédure pénale. »

Pour finir, il ajoute : « J’ai instruit à tous les parquets d’instances, du ressort judiciaire de la Cour d’Appel d’engager à partir de ce lundi, tous les procédures judiciaires contre les personnes qui se sont prêtées à ce jeu. On ne peut pas comprendre que dans le cadre de renforcement de l’unité nationale, que les gens se permettent, au nom de la liberté d’expression de commettre des abus, en tenant des propos, qui vont diviser les guinéens, qui vont envoyer tout ce que vous savez, il faut que la Guinée soit un pays où on pourra unir tous les guinéens, pas pour diviser les guinéens. Donc, nous avons un rôle de vielle, comme la loi le prévoit à ce que chacun puisse être protégé dans sa dignité.  Donc, nous restons encore comme je l’ai promis, parce que, d’aucuns penseront que, c’est juste une mise en garde. Non ! Je resterai ferme et je réitère encore que, je fais les réseaux sociaux ma première préoccupation de l’action de parquet au niveau de Conakry.  Nous avons des services spécialisés aujourd’hui, qui permettent d’identifier, même si vous changez de profil ou vous supprimez tout ce que vous avez, nous avons des services compétents, qui sont en train de travailler. Il faut qu’une fois de plus, qu’on accepte que la Guinée soit un pays où tous les guinéens vont se sentir dans la sécurité et dans l’harmonie », promet le procureur général.

 

Propos recueillis par Oumar Konaté