Dans le sens commun de certains militants de l’opposition, Bah Oury tenterait désormais de s’approcher du pouvoir. Cette suspicion contre le président de l’UDRG est née depuis son retour de l’exil jusqu’à son éviction au sein de l’UFDG. Invité dans l’émission « Africa 2015 » de la radio Nostalgie, mercredi 3 mars 2021, le président du parti L’UDRG, Bah Oury, exhorte les Guinéens pour un changement de mentalité.

Extrait : « (…) Nous voulons que la Guinée soit parmi les pays les plus développés et nous devons changer de mentalité des Guinéens, la mentalité est mauvaise, l’esprit de beaucoup d’entre nous ne voit que la haine, l’interprétation de la contradiction, il faut que les gens changent, parce que si on ne change pas, on ne peut pas construire notre pays. On a eu Sékou Touré, on a eu Lansana Conté, on a eu Dadis Camara, on a eu Sékouba Konaté et aujourd’hui on a Alpha Condé, pourquoi la Guinée n’avance pas, est-ce que c’est la responsabilité simplement de ses dirigeants ou bien la société en elle-même ? Elle est rendue pourrie par des esprits mal sains qui ne sont pas du tout justes, qui ne sont pas correctes, qui ne sont pas pour la vérité mais qui sont simplement pour des intérêts personnels, combatifs qu’on maquille derrière des intérêts communautaires, alors qu’on est en train d’utiliser ces communautés pour des intérêts partisans et particuliers.

vous savez comme le dit El hadj Kolon de Mamou a dit avant-hier : lorsque vous maudissez vos dirigeants, vous vous mettez dans une position encore beaucoup plus compliquée, parce que les actes, ce sont les gens d’en bas qui vont en subir les conséquences de plus fâcheuses, donc, faisons en sorte de ne pas maudire les dirigeants mais de souhaiter que les dirigeants soient des gens vertueux, les gens qui vont dans le sens des esprits de la population pour que leur acte permet par leur bien fait d’impacter l’ensemble de la population. vous savez dans le monde-là, il faut que les guinéens changent, il y a trop de haine dans le pays, il y a le manque d’empathie, c’est toujours de boxe de piaillards qu’on essaye de créer au lieu de chercher des éléments de convergence, des éléments qui peuvent faire que le bien l’emporte sur le mal, sur les passions qui ne peuvent pas construire, et malheureusement, il  y a des gens qui sont encrés dedans depuis des décennies et des décennies et le pays est pris en otage par deux extrêmes, des extrêmes de part et d’autre qui, lorsqu’ils n’ont pas ce qu’ils veulent, ils veulent que tout coule, moi je veux que la Guinée survivre, je veux que les guinéens se sentent heureux, peu importe ma position, mes intérêts si la Guinée gagne, je suis gagnant. »

Propos transcris par Mamadou Dian bah

628568452