Jusque-là, le football guinéen, singulièrement, était ponctué avec le seul nom d’Antonio Souare, le président actuel de la fédération guinéenne du football et le président du FC Horoya. Mais la terre a tremblé le 1er mars 2021, lorsque Kerfalla Camara, connu sous le nom de KPC, a annoncé sa candidature à la présidence de la Feguifoot. Le nuage a assombri Conakry, les inquiétudes ont gagné le camp de l’adversaire. Les écrits sur internet les plus acharnés contre le propriétaire du Hafia FC se sont multipliés. Peut-être, une façon pour ses détracteurs de le faire persuader qu’il perdrait ce congrès électif.  Mais ils n’ont rien compris.

Le train qui a démarré le 1er mars 2021, à l’annonce officielle de sa candidature à la présidence de la Feguifoot ne s’arrêtera pas jusqu’à la victoire finale. Ses soutiens, à la fois [simples supporters ou des électeurs potentiels], la majorité y était présente à l’annonce de sa candidature. Ils sont avertis… aucun moyen, matériel ou moral ne fera arrêter KPC de ne pas briquer maintenant la présidence de la Feguifoot.

Il a d’ailleurs dit le 1er mars dernier en ces termes : « Les observateurs avertis de la scène footballistique que vous êtes, savent que j’ai été pendant une année environ président de la ligue guinéenne de football professionnel et vice-président de la Féguifoot. Vous n’ignorez pas non plus que j’ai démissionné de ces deux mandats il y a près de trois ans pour manifester mon profond désaccord face au choix de gestion centralisée, autoritaire et opaque du président de la fédération ; ne laissant aucun espace d’expression et d’initiative à la Ligue qui s’est ainsi trouvée marginalisée et privée de toute autonomie dans son fonctionnement », a-t-il dénoncé.

Les maux de notre football, derrière les rideaux sont connus. Il y a évidemment une mainmise d’une seule personne sur le football guinéen. Une omniprésence qui va tuer à la longue le ballon rond en Guinée. C’est comme un adage dit « personne n’est indispensable dans la vie d’une entité. »

Le désormais candidat potentiel pour la Feguifoot a même dénoncé les tares de notre football. « En effet, nous avons eu à subir récemment d’humiliations d’une disqualification par la CAF de nos U-17 pour une sombre affaire de falsification des dates de naissance de nos jeunes joueurs inscrits par la Féguifoot pour disputer la CAN de cette catégorie d’âges ; sachant que notre équipe nationale U-17est suspendue au moment où je vous parle, car nous sommes toujours en train de payer le prix de la sanction infligée à la Féguifoot. Nos jeunes sont par ailleurs totalement ignorés par une Féguifoot qui n’a jamais pris la peine de mettre en place un quelconque plan de formation, ni même d’organiser des compétitions-minimes, cadets et juniors- dignes de ce nom, pourtant nécessaires au parcours sportif d’un jeune footballeur destiné à nourrir nos clubs et le Syli national. Au chapitre des humiliations, nous avons dû également essuyer dernièrement l’affront de voir le candidat officiel de la Guinée, invalidé par la Commission de la Gouvernance de la CAF pour le mandat qu’il briguait au sein du prestigieux Comité-exécutif de la Confédération africaine de football. Et je ne veux pas, au-delà de ce que je viens de mentionner, rentrer dans les détails de tous les scandales déplorables qui ont récemment mis à mal la crédibilité de notre Fédération. Je prétends haut et fort chers amis, que nous méritons mieux que cela, oui notre Guinée vaut beaucoup mieux que cela, car ce n’est pas cette 3e place au CHAN 2021-performance certes louable et dont l’unique mérite revient à la ligue professionnelle, dont tous les joueurs sont issus qui peut, à elle seule nous satisfaire et nous conduire à valider le bilan de la Fédération sortante… », a déclaré KPC.

Désormais, dans ce combat, il n’y a qu’un seul ticket gagnant, celui bien de KPC, l’homme du peuple et du Football.

Par Mamadou Dian Bah

Tel : 628 56 84 52