Ce 18 mai 2021, le président français, Emmanuel Macron reçoit au grand Palais Ephémère à Paris une trentaine de chefs de l’Etat et de gouvernements ainsi que des dirigeant d’organisations internationales. Leitmotiv de cette rencontre est axé sur le financement des économies africaines à l’heure notamment de la pandémie de covid-19 qui frappe de plein fouet le continent.

Conscients de cette situation préoccupante dont la première cible reste les populations africaines, dix-huit (18) dirigeants africains et européens avaient publié une tribune, le 15 avril 2020, en faveur d’une mobilisation de la communauté internationale pour affronter les conséquences de la crise sanitaire et économique causée en Afrique par la pandémie.

Voir ci-dessous les noms des auteurs de la tribune !

La Guinée, grand absent de la rencontre !

La présence du président Alpha Condé à Paris, ce 18 mai 2021, faisait encore l’actualité dans certains médias, dont jeune Afrique, qui avait même, exclusivement annoncé la visite du numéro 1 guinéen parmi la trentaine de dirigeants africains aux côtés d’Emmanuel Macron. Mais cette éventualité a pris un coup dur. Le président Alpha Condé n’est pas invité. Une mesure qui semblerait « du deux poids, deux mesures », à cause de la présence du président ivoirien, réélu en effet pour un 3e mandat, comme c’est le cas en Guinée.

L’on sait par exemple que Paris n’était pas en odeur de sainteté avec la Guinée, parce que, dit-on, à cause de l’élection du président Alpha Condé au suffrage universel pour un troisième mandat. En exergue, le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian s’était clairement opposé contre le changement de la Constitution, et alors que son avis est celui de la France. Cette absence de la Guinée parmi les pays signataires d’une tribune pour bénéficier le moratoire sur leurs dettes, montre à suffisance que la France serait toujours dans la posture de mettre au banc le régime Alpha Condé. Pour l’heure, cet aspect reste un non-dit.

Par Makoura