Hier, mercredi 22 janvier, certains particuliers à la casse Madina ont vu leurs véhicules calcinés dont l’acte selon des témoins, s’est produit la nuit du mardi à des heures tardives. Les autorités du pays, par la voix du ministre de la Sécurité et la protection civile, Albert Damantang Camara, a sur les lieux, appelé les victimes au calme et les a rassurés que les enquêtes seront faites afin de trouver les coupables de ces actes d’incivisme.

Mais Étienne Soropogui va plus vite, politise l’incendie. Pour lui,  c’est un prétendu incendie de véhicules à la casse Madina. Il va plus loin, que « c’est un gros montage », a affirmé l’opposant dans la presse.

Celui qui a été le directeur des opérations à la CENI avant de passer à l’opposition, sous la bannière d’un parti appelé « Nos valeurs communes », ne prend plus de gant contre le pouvoir d’Alpha Condé. Si l’incendie de la casse Madina a pu consterner nombreux Guinéens et que ses origines ne sont pas, pour l’heure, situées. Mais Étienne Soropogui, a d’ores et déjà, donné dans la presse ses approches de l’incendie.

Selon Étienne Soropogui, qu’il s’agit d’une stratégie depuis les contestations, pour faire isoler la composante peule de la communauté nationale…

Le leader de « Nos valeurs communes », a pointé du doigt ce jeudi dans l’émission « Les GG », Malick Sankhon, en lien notamment avec l’incendie qui s’est produit à la casse Madina.

Du commissaire à la CENI, ensuite opposant, Étienne Soropogui  serait désormais en passe d’être une colonne reluisante du FNDC contre le régime d’Alpha Condé.

Dian BAH