Le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire était devant la presse ce lundi 13 janvier 2020 à Conakry pour présenter la politique sectorielle et des actions de son département. Une conférence à travers laquelle Dr Ibrahima Kourouma a rappelé l’état des lieux du secteur, de 1958 à 2010 ; mais aussi des réformes et actions engagées par le gouvernement de 2011 à 2019, avant de parler les perspectives.

« La Guinée, depuis son accession à l’indépendance, le secteur de l’urbanisme et l’habitat a été caractérisé durant des décennies par manque de vision permettant d’avoir des villes urbanisées », a tout d’abord introduit Dr Ibrahima kourouma.

« Le statut de propriété exclusive de l’Etat à partir de 1960 jusqu’en 1992 qui ne concédait aux personnes morales et physiques privées que le droit de jouissance, la terre avec la promulgation du code foncier et domanial en 1992 est devenue un bien pouvant être une propriété de l’Etat, mais aussi des personnes physiques et morales… », a déclaré le ministre.

 Pour corriger la situation, le ministère en charge de la ville et de l’aménagement du territoire a été instruit par le chef de l’État Alpha Condé d’élaborer un document cadre pouvant servir de guide pour le programme de développement du secteur. Ce document appelé « vision 2021 » fut promulgué en 2012.

Poursuivant sa présentation du bilan, il précise que cette politique nationale de l’habitat comprend quatre (4) axes stratégiques : « la planification de l’espace urbain et la sécurisation du foncier ; la promotion de l’habitat neuf et son financement ; la lutte contre l’habitat précaire et le financement de sa résorption ; la bonne gouvernance du secteur ».  Les documents Vision 2021 et Politique Nationale de l’Habitat (PNH) sont deux documents complémentaires qui s’inscrivent dans les orientations stratégiques du président de la République. A-t-il précisé.

Avant de clôturer son exposé, Dr Ibrahima Kourouma a aussi défini les axes prioritaires qui seront entrepris dans le cadre de la mise en œuvre de la politique du secteur.

A cet effet, il dira : « Dans le domaine de l’aménagement du territoire et de la législation foncière, il sera procédé en 2020 l’organisation des états généraux du foncier pour assurer la mise en application des nouvelles orientations en matière d’occupation du sol du droit de la propriété. Tout de même, il sera procédé à la révision du schéma national d’aménagement du territoire réalisé en 1991. Par ailleurs, les opérations de recensement et d’immatriculation des réserves foncières de l’Etat seront poursuivies ainsi que la récupération des domaines de l’État. En matière du développement urbain, les activités au centre directionnel de koloma seront poursuivies et celles du plan de réaménagement de Kaloum et les îles de Loos. La réhabilitation de la station d’épuration des eaux usées de Cameroun (…) », a-t-il renchéri.

Oumar Konaté