Beaucoup d’observateurs pensaient à ce genre de scénario, par exemple si le président Alpha Condé n’avait pas un agenda dont il entraînerait avec lui son opposant le plus sérieux, Cellou Dalein Diallo. En Guinée, quand on parle de l’échiquier politique, cela renvoie certains sur une sorte de représentation binaire entre deux groupes ethniques au combat depuis 2010 :malinké et peuls. Mais in fine, le président de l’UFDG semble être pris dans ce piège ; qui serait longuement entretenu par le camp présidentiel, comme estiment certains observateurs.

Cette semaine, à son siège, Cellou Dalein a dit ceci : « Alpha Condé a une haine particulière contre les peulhs. Je ne parle pas de ça habituellement, mais il faut en parler parce qu’il (Alpha Condé, ndlr) veut amener tout le monde à faire comme lui. Heureusement, les Guinéens ne le suivent pas. On a tendance à faire croire que les malinkés sont contre les peulhs, ce n’est pas vrai. Les malinkés et les peulhs s’entendent correctement. Et c’est pourquoi, il y a une importante communauté peulh en Haute Guinée (…). C’est Alpha Condé le problème de l’unité nationale… », a déclaré Cellou Dalein, samedi 11 janvier, au siège de l’UFDG. 

Mouloukou