La liste comportant les noms de vingt-cinq personnalités guinéennes du régime Alpha Condé, menacées du régime de sanctions de l’Union européenne, notamment l’œuvre de trente-deux eurodéputés, à cause, dit-on, de « violations graves de droits humains », occupe encore une place importante dans l’opinion publique. Du côté du Parti au pouvoir, le RPG-arc-en-ciel, le chef du groupe parlement de la majorité à l’Assemblée nationale, l’honorable Aly Kaba a semblé banaliser cette liste – et clarifie que seulement, ce sont les trente-deux eurodéputés parmi sept cent qui ont établi la liste.

« Il faut savoir que le Parlement européen en compte sept cent. Quand vous prenez trente-deux, pratiquement ça fait 24%, chose qui montre le caractère un peu léger de la chose. Parce que si on fait croire dans les commentaires comme si c’est l’ensemble des députés. C’est une chose qu’il faut clarifier », a-t-il souligné chez nos confrères d’Evasion TV. Et rajoute également : « Nous nous posons la question, quels sont les critères ? Ces personnalités ciblées, qu’est-ce qu’on les reproche ? Quels sont les critères qui ont prévalu à l’établissement de la liste, si ce n’est que des informations partiales, parce que ces eurodéputés pouvaient avoir la volonté s’ils veulent vraiment avoir la bonne information de recouper les informations avec les autorités… », ajoute-il en se posant des questions.

Par Makoura