En Guinée, le dialogue politique est au point mort depuis l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. Cette crise est due à l’auto-proclamation du président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo après les dernières élections. Le pouvoir de son côté affiche la fermeté en procédant aux arrestations des opposants. C’est dans ce climat tendu que le président Alpha Condé a récemment créé un cadre permanent pour le dialogue politique et social que le Premier ministre est censé assurer.

Le chef de file du parti au pouvoir à l’Assemblée, l’honorable Aly Kaba, de son côté, a salué la création de ce cadre permanent. « Je salue la création de ce cadre permanent de dialogue politique et social qui s’occupera désormais de l’examen minutieux et lucide des problèmes auxquels notre pays sera confronté dans sa bonne marche », a-t-il déclaré dans la presse.

Par ailleurs, le chef du groupe parlementaire RPG arc-en-ciel à l’Assemblée assure que le dialogue politique et social est un moyen de renforcement des acquis démocratiques à la différence des précédents dialogues qui, pour la plupart, n’étaient que de mauvais arrangements politiques pour torpiller nos lois et nos institutions.

Il reste à savoir si l’opposition aura une chance de saisir cette opportunité.

DIAN BAH