Le ministère de la Citoyenneté et de l’Unité nationale reste présent dans la nouvelle nomenclature gouvernementale, rendue publique lundi 18 janvier 2021.

Face à la situation politique désintégrée par la violence après l’élection présidentielle du 18 octobre 2020, le nouveau ou la nouvelle ministre de la Citoyenneté… doit se fixer pour priorités : créer le dénouement politique qui aboutira à la libération des prisonniers politiques ; bannir dans les discours publics, la haine ethnique, le régionalisme, l’exclusion sociale ; et surtout, doit faire promouvoir une citoyenneté dans le but de restaurer la confiance entre gouvernants et gouvernés. Cependant, la difficulté qui se pose à ce niveau, est que le futur(e) occupant du département de la Citoyenneté doit être une personne consensuelle, écoutée, dont les gestes auront un impact positif sur les citoyens.

Un pays comme la Guinée qui se prête à la division gratuite, il faut un leadership fort à la tête de ce ministère, dont les idées transcendent les barrières ethniques, capables de concilier les Guinéens. Nous espérons que le futur(e) ministre de la Citoyenneté et de l’Unité nationale pourra faire face aux défis sociaux et politiques actuels.

Makoura pour www.alerteur.com