La capitale Guinéenne abritera le 11 avril prochain, la première édition du salon de la lecture SALEC. En prélude à cet évènement, les membres de la structure Kadiak communication ont animé une conférence de presse ce jeudi 25 février 2021, dans un réceptif hôtelier de la place pour annoncer les couleurs.

Selon Kadiatou Kaba, coordinatrice du SALEC, ce salon de la lecture est une compétition littéraire interscolaire et interuniversitaire qui vise à renforcer les capacités des élèves et étudiants guinéens en leur inculquant la culture de la lecture dès le niveau scolaire. “Mais pour atteindre cet objectif, nous avons jugé utile de mettre en avance le livre qui n’est autre qu’un moyen sûr de transmission du savoir.

Nelson Mandela disait : “ un peuple qui lit est un peuple qui progresse”. Et de l’autre côté, Victor Hugo disait que ” lire, c’est boire et manger, que l’esprit qui ne lit pas maigri exactement comme un corps qui ne mange pas”. Fort malheureusement, nous sommes dans un pays où la lecture est tout sauf une priorité, et ça se répercute de façon assez négative sur le système éducatif guinéen. Puisque, nous voulons contribuer à la qualification du système éducatif guinéen, nous avons pensé à la lecture parce que n’oubliez pas que la lecture est à la base de toute formation intellectuelle. C’est pourquoi, nous avons eu à mettre en place le salon de la lecture” a-t-elle noté.

Et de poursuivre, “pourquoi ce salon, c’est parce que nous avons effectué le constat, dans les écoles, dans les universités, il y a beaucoup de personnes qui blâment les apprenants guinéens. Mais, est-ce que nous allons rester dans cette logique de toujours blâmer ? “Non”. Quand tu blâmes un peu, il faut apporter des solutions et c’est cette solution là que nous voulons apporter au système éducatif guinéen à travers la lecture’’ a-t-elle dit.

S’agissant de la particularité de cet événement, la coordinatrice du SALEC a indiqué que “ le SALEC donne la chance aux apprenants guinéens, que ça soit des collégiens, des lycéens ou des universitaires d’exprimer clairement ce qu’ils savent et ce qu’ils pensent devant des centaines de personnes. L’autre particularité de ce salon est que, peut-être pour la première fois de leur vie, les apprenants qui font ‘’compétir’’ pendant le salon font lire eux-mêmes et faire le résumé des livres. (…). Ce qui différencie aussi le SALEC des autres salons, c’est qu’au-delà de la promotion du livre et de la lecture, nous, nous créons de l’intérêt autour du SALEC en essayant d’accorder des bourses d’études aux lauréats” a-t-elle souligné.

Parlant du déroulement du SALEC Kadiatou Kaba a tenu à préciser. “D’abord pour le salon de la lecture, sachez qu’il y a une étape de la formation, il y a une étape de présélection, il y a la finale proprement dite. Les dates du SALEC sont entre autre 20 mars, il aura la formation à l’hôtel ONOMO. Les 24, 25 et 26 mars, nous procéderons à la présélection à la Blue Zone de Kaloum. Les écoles qui auront la chance d’être retenues pour la finale iront en finale.

Il faut préciser que sur les 15 écoles, seulement 5 écoles iront en finale et sur les 8 universités, seulement 5 universités iront en finale. La finale est prévue 11 avril au chapiteau du palais du peuple” a-t-elle martelé.

Camara Mamadouba 

657 47 26 97