Le Mali s’est attiré les foudres quand Assimi Goita, [colonel putschiste] a pris la direction de la transition en évinçant le président Bah Ndaw et son Premier ministre. Et alors que le 5 juillet dernier, loin des projecteurs médiatiques français, Emmanuel Macron a reçu en fanfare le nouvel homme fort du Tchad, général Mahamat Idriss Déby, qui a remplacé son père, mort au combat.

Officiellement, ce déplacement du fils de Déby à Paris entre dans les considérations sécuritaires. Tel est l’argument brandi par les officiels français. Selon l’Elysée, le président Macron reçoit Mahamat Déby pour parler de sécurité, du cadre de la préparation du G5 Sahel mais aussi de l’organisation d’un dialogue politique en vue des prochaines élections présidentielles.

Mais à l’analyse, des avis estiment que Paris est en train de faire une diplomatie trop mesurée, en choisissant ses meilleurs amis au détriment d’autres. C’est le cas récemment pour le Mali quand le colonel putschiste, Assimi Goita a pris la direction de la transition à la place du président Bah N’daw, jugé trop proche de la France, il y a eu tout un tas de critiques. Et plus loin, à la faveur du changement de la Constitution en Guinée sous la direction d’Alpha Condé, Emmanuel Macron a utilisé le même mode opératoire, en félicitant Alassane Ouattara et en réprimandant Alpha Condé dans un contexte similaire.

Par Makoura