Alpha Condé, en déplacement jeudi 20 février 2020 à Kissidougou.

Théoriquement et pratiquement depuis 1993, la haute Guinée, une des régions naturelles de la République de Guinée, vote majoritairement (et toujours) pour Alpha Condé, candidat traditionnel du Parti Rassemblement du peuple de Guinée (RPG). Mais à quelques mois de la fin du deuxième mandat de celui-ci, en cette période 2020, cet endroit du pays, soudainement, offre une image qui surprend le sens commun. La grogne contre le manque d’électricité (fief du pouvoir) – et alors que depuis 1958, aucun gouvernement guinéen n’a pu mettre une brique dans le cadre d’un quelconque projet du barrage hydroélectrique en haute Guinée.

Comparativement en basse Guinée, encore une des régions de la République de Guinée, l’initiative gouvernementale sous Alpha Condé a réalisé le barrage Kaléta, d’une puissance de 240 MW, achevé et opérationnel depuis 2015. Le barrage Souapiti, un autre chantier énergétique de 450 MW est en construction, sur financement privé, et aussi Amaria, d’une puissance de 300 MW. Il s’agit des projets énergétiques qui peuvent en pratique créer des effets secondaires de révolte au niveau d’autres endroits du pays qui n’ont rien bénéficié de l’État dans ce cadre. Il s’agit d’une situation à laquelle l’actuel président de la Guinée, Alpha Condé, est confronté – réaliser le courant dans toute la Guinée et maintenant. Une situation à laquelle certains politiques ne s’en cachent pas pour tirer un gain électoral.

C’est le cas de Mamady Diawara, président du Parti du travail et de la solidarité (PTS), a réagi chez nos confrères du site mosaiqueguinee.com pour répondre à ses détracteurs, ceux qui l’accusent, selon lui, d’être derrière la révolte des jeunes en haute Guinée pour la construction des barrages hydroélectriques. Au regard de ce qu’il dit, le simple lecteur pourra intelligemment comprendre et voir l’arbre qui cache la forêt derrière ces contestations.

Extrait : « Je suis un homme politique ou bien je ne le suis pas ? Je suis dans la politique pour amuser la galerie ou bien pour faire du théâtre ? Je fais la politique pour être au pouvoir ou quoi ? Alors, je chercherai le pouvoir par tous les moyens légaux. C’est des gens qui quittent d’un camp pour un autre. Qu’est-ce je vais faire alors que j’ai confiance en eux ? Qu’on ne m’en merde pas. Si on m’accuse, mais je n’ai pas fait du délit ni d’atteinte à la liberté publique ou de violation de la loi…Les malinkés disent que pour que ta sauce soit bonne il faut qu’on tue la chèvre de quelqu’un…Je suis détaillant d’un grossiste. Alpha et le RPG sont aussi des détaillants du même grossiste. Plus le grossiste produit de la qualité, plus les détaillants sont contents. Ça se fait toujours au détriment des autres, mais pas au détriment de mon électorat principal qui est la Haute-Guinée et la Basse-Guinée… »

Makoura pour www.alerteur.com