Il sent un branle-bas qui se prépare au niveau des “taximètres” (des tenanciers de taxi-motos et des véhicules privés de transport) contre la récente augmentation du prix du carburant à la pompe, passé de 9.000 à 11.000 francs guinéens. Cette nouvelle donne met déjà Conakry dans une certaine allure de tension.

En effet, le Gouvernement a augmenté le prix du litre du carburant à la pompe le 3 août dernier, justifiant qu’il suit la flexibilité des prix à l’International. Pour l’heure, cette mesure est loin de passer dans l’opinion. Les tenanciers des “voitures-taxi” ont aussitôt augmenté de manière unilatérale le prix du tronçon à 2.000fg au lendemain de cette décision – et alors que des responsables syndicaux des transports et le Gouvernement sont parvenus pour un maintien du prix du tronçon à 1.500fg.

Des citoyens marchent à pied ce lundi 9 août dans Conakry !

Ce lundi 9 août 2021, nombreux citoyens de la capitale Conakry se sont réveillés surpris de constater la rareté des engins roulants qui servent de taxis. À Tombolia, quartier de la haute banlieue de Conakry, des jeunes ont érigé des barricades tôt ce matin pour empêcher toute circulation, avant d’être aussitôt dispersés par les forces de l’ordre. Une citoyenne témoigne qu’elle a pris la moto-taxi pour se rendre à son lieu de travail de tombolia en ville à 75.000 fg. Cela prouve à suffisance les conditions difficiles dans lesquelles des citoyens virevoltent actuellement en vue de gagner leur quotidien.

Par Makoura