Aujourd’hui plus que jamais le slogan Gouverner autrement, qui est désormais un programme de politique publique présente les défis importants à relever dans un contexte marqué par une demande sociale forte qui atteste l’impatience des Guinéens quant à l’amélioration de leurs conditions de vie grâce à des politiques publiques plus saines et mieux axées vers la lutte contre la pauvreté et le chômage.

Cette nouvelle offre politique qui mobilise les énergies de toutes les tendances  (économistes, politiques, acteurs de la société civile et observateurs de la vie publique etc.) et qui génère des dizaines de débats publics dans la cité a-t-elle des objectifs clairement identifiés dans un contexte économique et social connu ?

Ses objectifs peuvent être chiffrés ?  Des moyens de mise en œuvre efficaces ? Un calendrier précis ? Des résultats à atteindre chiffrables et vérifiables dans le temps ? Des indicateurs de suivi ?

 Notre pays est à un tournant décisif de son histoire. En effet, selon les données publiées par les autorités nationales et les partenaires techniques et financiers de notre pays (INS, PNUD, BM, FMI, ONG, FONDATIONS …) le contexte économique et social est aujourd’hui marqué par une forte demande sociale qui s’explique par:

  • Un taux de pauvreté atteignant les 53% de la population;
  • Un taux de chômage élevé plus de 60% des jeunes et des femmes;
  • Un taux de chômage de 72% de jeunes qui sortent de l’enseignement supérieur ;
  • Un taux de pression fiscale faible 13% contre 18% en Moyenne régionale ;
  • Des besoins importants en infrastructures de base malgré les efforts remarquables des autorités ;
  • De fortes demandes sociales en matière de santé et d’éducation ;
  • Les problèmes de Gouvernance et de corruption ;
  • De fortes inégalités économiques et sociales ;
  • L’existence de la pandémie COVID-19 et la réapparition du virus Ebola dans la région de N’zérékoré et
  • Une classe politique divisée.

Ce qui amène l’offre politique proposée dans le discours programme du Chef de l’Etat, qui est à la fois conjoncturel et structurel, à considérer comme défis majeurs pour l’atteinte des  objectifs suivants :

  • La restructuration de l’administration ;
  • La réforme des mécanismes de passation des marchés et contrats publics de l’Etat ;
  • L’augmentation substantielle des ressources internes ;
  • La systématisation des contrôles et audits des agences, des collectivités et communautés ;
  • La digitalisation des opérations de l’Etat ;
  • L’amélioration de la qualité de vie dans la zone spéciale de Conakry ;
  • Les initiatives et programmes en faveur des jeunes et des femmes ;
  • Réduire les menaces internes et externes dans le domaine de la sécurité.

A court et moyen terme les défis consistent à :

  • Améliorer le panier de la ménagère ;
  • Favoriser la promotion d’une croissance forte et inclusive ;
  • Eradiquer la pandémie covid-19 et le virus Ebola;
  • Lutter contre la corruption, le clientélisme et le copinage ;
  • Réaliser l’unité des Guinéens pour éviter que l’élan du pays soit freiné par des querelles intestines et politiques interminables ;
  • Porter le ratio recettes intérieures/PIB à 20% contre 13% aujourd’hui ;
  • Instaurer de la gestion axée sur les résultats au niveau des départements ministériels.

A  long terme, l’accent sera mis sur le comment:

  • Réduire les inégalités sociales très fortes ;
  • Repartir équitablement les richesses créées ;
  • Réaliser un programme ambitieux de logements sociaux ;
  • Améliorer le réseau routier, routes urbaines et rurales ;
  • Réaliser le projet de construction d’un chemin de fer ;
  • Réduire de moitié le taux de pauvreté et mettre fin à l’extrême pauvreté ;
  • Combattre contre le chômage massif des jeunes et des femmes à travers
  • la réalisation du projet de création de 100mille entreprises;
  • Favoriser le financement des infrastructures : la priorité à la construction des routes, dans les 4 régions naturelles ainsi que les pistes rurales ;
  • Financer lAgrobusiness : renforcer l’agrobusiness à travers les chaînes de valeur et la hausse du budget alloué à l’agriculture et la qualité de la gouvernance.

La revue de la littérature économique et financière récente et les données disponibles (FMI, BM, PNUD, Gouvernement de Guinée, ONG, Fondations), ainsi que les initiatives des autorités en cours de réalisation depuis près de deux ans, permettent d’affirmer que les instruments de mise en œuvre de ce programme sont globalement connus.

Ainsi, sur plus d’une quarantaine d’instruments, 32semblent essentiels pour l’atteinte des objectifs à savoir :

  • La Mission d’Appui à la Mobilisation des Ressources Internes(MAMRI) 25 milliards ;
  • Mise en place à la présidence de la République d’une équipe restreinte hautement qualifiée et pluridisciplinaire pour coordonner et impulser les réformes
  • Les institutions de contrôle (Inspection générale d’Etat ; Inspection générale des finances ; Cours des comptes ; ANLC ; etc.)
  • L’Agence Nationale de Financement des Collectivités(ANAFIC) avec 15% des recettes minières affectées au développement des régions pour un montant annuel de 700milliards sur les 5 prochaines années ;
  • L’Agence Nationale d’Inclusion Economique et Sociale (ANIES) financé à hauteur de 70Millions de dollars (phase initiale) par la Banque mondiale et 130milliards GNFdu Budget national ;
  • Le fond national de développement local (FNDL)402 milliards ;
  • Le Fonds de développement des communes de Conakry(FODECCON) 375 milliards ;
  • La FEC pour 125,54 milliards
  • Les investissements directs étrangers.

Les autorités envisagent la mise en place d’autres d’instruments complémentaires pour renforcer ceux déjà créés dont :

  • La création d’un fonds de 125 milliards de FG par an en faveur des Régions minières ;
  • La création de 100 mille entreprises pour les jeunes soit une moyenne de 665 entreprises par an ;
  • Une certification pour les hommes et pour les femmes dans la fonction publique ;
  • La Parité : un fonds de 150milliards GNF sera investi pour le renforcement de la parité ;
  • Le Financement des activités de jeunesse : 300 Milliards GNF supplémentaires iront au financement des activités de la jeunesse, formation, l’accès au numérique et à la technologie ;la création des activités d’entreprises par les jeunes et femmes ;
  • Le budget de riposte estimé à près de 350 milliards GNF;

Au cours de cette mandature,  à court  et moyen terme, le peuple attend des résultats concrets dans les domaines suivants :

  • la stabilité macroéconomique est maintenue dans la durée ;
  • un contrat social est mis en place qui permet de développer les investissements pour accroître l’égalité des chances pour tous dans notre pays ;
  • assurer aux enfants de ce pays l’accès universel aux services de santé, au développement de la petite enfance, à l’éducation et à des infrastructures de base ;
  • les obstacles et contraintes qui empêchent la participation des femmes à la vie politique, économique et sociale de notre pays sont éliminés ;
  • garantir des investissements dans les instruments de protection sociale ;
  • le contenu des programmes sociaux est significativement amélioré pour réduire la pauvreté et le chômage ;

A long terme, l’évaluation des politiques menées sera essentiellement axée  sur la capacité des autorités à produire les résultats dans les domaines suivants:

  • Sortir 40% (soit plus de 5millions)de guinéens de la pauvreté et éliminer l’extrême pauvreté dans notre pays et Réussir une justice sociale pour tous ;
  • Ramener le taux le chômage des jeunes et femmes de 61% à 30% en cinq ans ;
  • Le taux d’accès à l’eau à 60% en 3ans ;
  • En moyenne, 16665 entreprises sont créées par an pendant 6ans en faveur des jeunes et des femmes ;
  • Les résultats des évaluations ministérielles sont disponibles en fin d’année ;
  • Atteindre un taux d’accès à l’électricité dans les zones rurales de 3% à 80% sur les cinq prochaines années ;
  • Le taux de pression fiscale est passé de 13% à 20% en trois(3) ans ;
  • La croissance économique est inclusive et le revenu des 40% les plus pauvres de notre population aura significativement progressé ;
  • Le secteur minier (élément essentiel de notre modèle de croissance) offre des perspectives de création de richesses aux pauvres et contribue effectivement à diversifier l’économie avec plus d’accent sur le secteur agricole ;
  • La digitalisation des opérations financières est une réalité

Cette nouvelle offre politique qui est de Gouverner autrement, pour qu’elle soit une réalité  dans notre pays, vivement que la volonté politique ainsi exprimée par la plus haute autorité soit traduite dans les faits par:

  • Une vision clairement exprimée de l’élite au plus haut niveau ;
  • L’absence de corruption à tous les niveaux des structures administratives ;
  • La priorité dans la lutte contre la fraude ;
  • Des fonctionnaires compétents et intègres ;
  • La notation des ministères et institutions ;
  • Le culte de l’excellence où la rémunération est basée sur les résultats et l’impact des actions menées par l’exécutif ;
  • Une égalité pour tous ;
  • Une politique basée sur la recherche permanente de la performance ;
  • La production des données fiables pour mesurer l’évolution effective de l’impact de la nouvelle politique entre 2021 et 2025.

Un ancrage de la stratégie au plus haut niveau de l’Etat notamment du Président de la République qui suit en personne les dossiers des projets/programmes sensibles. Cette approche en relation avec les ministères de tutelles peu davantage crédibiliser les actions auprès des partenaires techniques et financiers et accélérer le développement des reformes économiques et financières pour plus de justice sociale, d’emplois et l’émergence économique tant souhaitée.

Un Pays comme le Singapour sans ressources naturelles, avec un revenu par habitant qui était au moment de l’indépendance (années 1960), de 400 dollars/an est aujourd’hui passé à plus de 40mille dollars/an, plus riche que des pays occidentaux comme l’Allemagne, la France, le Luxembourg. Les fondements de cette éblouissante réussite sont dus essentiellement à l’application de ces valeurs dans la gestion des affaires publiques sous le leadership du chef de l’Etat. Ces mesures à notre avis constituent un passage obligé pour inverser à court et moyen terme les faiblesses de la gouvernance et instaurer une gestion vertueuse au bénéfice de tous dans notre pays.

Gouverner autrement, est désormais le défi majeur des politiques pour relever rapidement et durablement les conditions de vie  de l’ensemble de la population de notre pays et non plus uniquement la satisfaction des intérêts d’une minorité de privilégiés est une mesure de politique publique à saluer.

Certes, la transformation économique d’un pays s’étale sur plusieurs décennies. En effet, après plus de 60 ans de conseils, d’appuis techniques et financiers et assistance technique des institutions telles que le FMI, le PNUD et la BM, très peu de PMA depuis les indépendances connaissent des avancées économiques et sociales remarquables.

Cependant, le peuple de Guinée mérite la prospérité économique et sociale et l’échec du Gouvernement dans la mise en œuvre de cette politique sera difficilement compréhensif  par le peuple car :

  • Les Instruments de mise en œuvre des politiques publiques annoncées pour une lutte efficace contre la pauvreté, le chômage et les inégalités sociales semblent adaptés et peuvent être efficaces s’ils sont bien utilisés;
  • La Volonté politique des autorités exprimée au plus haut niveau est une réalité;
  • La Crédibilité du pays auprès des investisseurs  et la capacité des autorités à mobiliser les ressources nécessaires est fortement améliorée;
  • La Guinée est engagée dans une trajectoire de croissance économique forte (classé parmi le top 10 des pays à croissance forte dans les prochaines années) ;
  • La guinée a les moyens de sa politique de prospérités partagée (mines, agriculture, reformes fiscales, confiance des investisseurs) qui doit profiter aux 40% des plus pauvres de la population ;
  • La Conclusion des 5eme et 6eme revues avec le FMI (plus de possibilités de mobilisation des ressources et confiances des investisseurs renforcée) et
  • L’existence de près d’une dizaine d’institutions de contrôle.

Cette politique qui sera évaluée sur les six(6) prochaines années ; nécessitera des évaluations trimestrielles ou semestrielles de sa mise en œuvre avec la production d’un bilan à mi-parcours après les deux ou trois premières années. Les prochains mois, nous l’espérons vivement,  nous édifierons de l’impact réel de ces politiques sur l’amélioration des conditions de vie des  40% des plus pauvres de notre pays.

La réalisation de ces défis importants sera largement tributaire de la volonté politique et du leadership ainsi que de l’implication personnelle du Président de la République et du Premier Ministre dans ce contexte économique et social difficile .L’espoir est permis vue les premières mesures concrètes prises par les autorités au plus haut niveau. Ce qui invite néanmoins tous les acteurs concernés à plus de vigilance dans le suivi des politiques menées pour sortir les 40% de guinéens de la pauvreté sous cette mandature et créer enfin  les conditions de l’émergence économique et sociale de notre pays.

Par Mamady Condé, Economiste

Tel: 628 10 63 05/ 669 08 25 29

E-mail: [email protected]