L’investiture du président Alpha Condé est prévue le 15 décembre prochain, date à laquelle l’ANAD-UFDG prévoient également les manifestations. Face à ce risque de violence, le président du CNOSCG, Dr Dansa Kourouma, en appelle les acteurs politiques de l’opposition à éviter au pays des nouvelles scènes de violences.

« Cette organisation doit pouvoir dans un patriotisme clair éviter à notre pays, des nouvelles scènes de violences devant engendrer des cas de morts d’hommes et des dégât matériels. Les résultats de l’élection présidentielle ont été prononcés par la juridiction qui a la compétence, qui est la cour constitutionnelle, et l’UFDG et ses alliés doivent se préparer pour les prochaines échéances électorales. Celle qui s’est déroulée le 18 octobre le vainqueur a été déclarée par la cour constitutionnelle que les uns soient d’accord ou pas, la loi dispose que c’est la cour constitutionnelle qui proclame les résultats définitifs des élections », a-t-il déclaré dans les colonnes du site mosaiqueguinee.com.

Par ailleurs, Dr Dansa Kourouma parle de la nécessité du dialogue, dira-t-il, qui va s’entendre sur les conditions des personnes interpellées. Ce dialogue, ajoute-t-il, ne peut pas s’obtenir sans qu’on ne soit autour d’une table de dialogue…

À rappeler que plusieurs membres de l’opposition sont détenus à la maison centrale de Conakry, leur interpellation est en lien aux violences survenues pendant et après l’élection présidentielle du 18 octobre dernier.

Dian Bah