« Fonds du développement local » ; entendu par-là (FODEL). Désormais, les régions minières peuvent se frotter les mains : au-delà de l’ANAFIC, qui a été naguère initié par le ministère des Mines et de la Géologie permettant à l’ensemble des préfectures du pays de bénéficier de 15% du revenu minier ; un autre outil du développement voit désormais jour ; il s’agit du FODEL. Il permet uniquement les régions minières du pays de bénéficier du fonds issu des contributions des sociétés minières. C’est une forme de compensation au bénéfice des collectivités minières contre les risques qu’elles s’exposent, notamment sur le plan environnemental.

Ce lundi 23 décembre, à Boké, le président Alpha Condé a procédé donc à la remise symbolique des contributions du FODEL aux collectivités de la région. C’est un fonds de 40,9 milliards de francs guinéens qui est uniquement destiné aux communautés locales. La gestion de ce fonds, le président Alpha Condé a sans cesse invité les populations à la vigilance et le suivi de ce bénéfice commun.

« Depuis mon élection, je me suis fixé comme priorité, réformer et développer le secteur minier guinéen pour le mettre au cœur du développement socioéconomique à la base. C’est pourquoi, dans le cadre de la réforme engagée en 2011, j’ai instruit le transfert de 15% du revenu minier à l’ensemble des collectivités territoriales dans le cadre de l’ANAFIC », a tout d’abord affirmé le président Alpha Condé. Il s’agit d’un rappel de la grande mutation du code minier guinéen que les cadres du ministère des Mines et de la Géologie ont pris à bras-le-corps.

Parlant du FODEL, le président Alpha Condé a dit entre autres : « j’ai instruit une partie du chiffre d’affaire des sociétés minières, qui sera payer au titre de la contribution du développement local à travers le FODEL. Donc, nous avons deux structures différentes : l’Anafic qui concerne l’ensemble de toutes les préfectures de la Guinée ; et le FODEL, qui concerne les régions minières. Les contributions de 40,9 milliaires qui sont remis aujourd’hui aux collectivités de Boké; qui doivent contribuer à changer fondamentalement la vie du citoyen de Boké (…)

S’agissant pour la gestion du FODEL, le président Alpha Condé dira : « à chaque activité, les populations doivent être consultées ; ce ne sont pas les autorités administratives, ni les maires, ni les sous-préfets qui décident, ce sont les populations. Donc, l’objectif, c’est de développer la région. Parce que là où il y a les mines, souvent il y a inconvénient pour la population. Donc, cela fait une compensation.

J’invite les sociétés minières à s’assurer que chaque année les contributions sont faites en conformité avec le code minier aux populations de Boké ; les contributions ne peuvent être mobilisées que si les sociétés minières arrivent à travailler dans la paix et dans la sécurité (…).

À rappeler qu’au cours de cette même visite du président Alpha Condé à Boké, il a rendu une visite aux sages de Kankadé ; il a inauguré l’école primaire de la localité de Koulifanyah ; il a visité le champ maraicher de Kolaboui ; et le président de la République a terminé sa visite à Boké par l’inauguration de la Rizerie de Bobo Denken.

 

 

Alpha Barry