Aucun maçon ne peut construire la maison avec du simple sable mouvant. C’est autant dire que la grande nébuleuse reste ce qu’elle a été pour toujours dans l’histoire du cercle des initiés. Depuis le 5 septembre 2021, le régime en Guinée a changé. Renversé notamment par un coup d’Etat sanglant. Les opposants au régime déchu et les médias étrangers évoquent le troisième mandat d’Alpha Condé étant la cause immédiate de la chute de l’ancien président – qui reste maintenu aux mains des putschistes dans une sorte de prison dorée – nonobstant la pression de la CEDEAO qu’il soit libéré sans condition.

Le nouvel homme fort du pays est un colosse. Un ex-légionnaire de l’armée française qui a choisi de servir son pays. Mais finalement, il aura été celui dont l’histoire retiendra sans fin qu’il a renversé son bienfaiteur Alpha Condé. Le nouveau maître du pays a promis la refondation de l’Etat… Il martèle que la justice sera la boussole. C’est une phrase dont le contenu reste en désaccord avec la réalité.

Les ex-dignitaires sont en effet malmenés comme des ‘’mal-propres’’, à la manière sans aucune forme de justice. Le dernier fait qui attire l’opinion publique, c’est la descente des éléments des forces spéciales dans les locaux de Djoma média. Un organe de presse ‘’appartenant’’ à l’ex-intendant à la présidence sous Alpha Condé. La manière de procéder ravive une certaine appréhension chez la population. Et ce n’est pas tout. Le domicile d’un haut gradé de la police a reçu la visite des hommes armés, se livrant à des actions d’intimidation. Tout ce mal arrive alors qu’un Premier ministre vient d’être nommé, qualifié de technocrate.

Aujourd’hui, le CNRD est dans l’obligation de rassurer les populations – dans l’espoir qu’il ne va pas développer le culte de la personnalité ; le pays ne vivra pas un état d’urgence permanent comme il est de coutume sous certains coups d’Etat militaires ; qu’il cesse de procéder à la manière ‘’Napoléonne’’ d’intimider les anciens dignitaires sans aucune forme de justice.

Par Saran Camara