Mamadi Condé, connu sous le nom de « Madic sans frontières » est un bloqueur connu des réseaux sociaux qui affiche son penchant politique pour le président de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo. Poursuivi pour plusieurs chefs d’accusation, le prévenu a finalement été condamné le lundi 8 février 2021 à 5 ans de prison ferme et à une amende de 100 millions de francs guinéens, un jugement rendu par le tribunal de première instance de Dixinn. Mais ses avocats comptent faire appel au greffe afin de réexaminer de nouveau le dossier.

C’est le propos qu’avait laissé entendre Me Antoine Pépé Lamah, un des avocats de Madic sans frontières. « Ça ne nous étonne pas que cette situation soit la conséquence de l’interférence de l’exécutif dans le judiciaire. De l’autre côté, il y a des gens qui tiennent des propos plus insolents que Madic sans frontières sur les réseaux sociaux. Pour ceux-ci c’est l’impunité garantie pour toute la ligne. Et de l’autre côté, on profite des poursuites pour régler des comptes. Ce que nous déplorons absolument. Vous savez c’est avec consternation que nous accueillons cette décision, que nous trouvons très sévère, trop lourde. Cette décision, nous l’admettons pas, nous ne la partageons pas. Nous la rejetons purement et simplement. Dans les minutes à venir nous allons formaliser notre demande au greffe afin que ce dossier soit réexaminé de nouveau à l’appel. »

Propos recueillis par DIAN BAH