Les images sont insoutenables, et elles pourraient créer une sorte de fracture sociale au sein de l’opinion publique. Ce lundi 4 novembre, les corps des 11 victimes de la récente manifestation du Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) ont été exposés à l’hôpital Sino-guinéen de Kipé en vue d’être inhumés par les parents des victimes.

Le 14 octobre dernier, le Front national pour la défense de la Constitution (FNDC) a appelé le peuple de Guinée pour manifester en vue de fléchir Alpha Condé à ne pas changer la Constitution, y compris de renoncer « à son projet » d’un éventuel troisième mandat. Mais  la journée du 14 octobre 2019 fut sanglante ; officiellement, onze manifestants ont perdu leur vie. Le procureur de la république près du tribunal de Dixinn a en effet annoncé l’ouverture d’une information judiciaire.

 

Makoura