De la guéguerre liée au renouvellement de l’instance du football guinéen – jusqu’à la cessation de la convention liant Guinée Games et la LONAGUI, l’opinion publique continue, en tout cas, de s’emmêler les pinceaux sur du vrai et du faux.

Ce réveil tardif de la LONAGUI suscite assez de commentaires et des préjugés qui prêtent à l’Etat guinéen les velléités de régler des comptes à un bon samaritain, dont jusque-là, n’est connu que pour ses financements dans le football et d’autres aides qu’il fait à endroit des hommes de la culture.

Les choses sont allées comme une vague de mer dans l’affaire Guinée Games jusqu’à ce que le très site financier « Financial Afrik » insinue plutôt que le pouvoir soupçonne Antonio Souaré d’avoir de l’appétit politique. C’est une vieille recette qui ne date pas d’aujourd’hui. La rentrée sur scène de la LONAGUI contre Guinée Games n’est que superficielle de vue – dont en arrière-plan, il existerait un marteau pour démolir tout un empire financier. C’est bien l’avis des observateurs qui estiment que l’homme d’affaires Antonio Souaré fait face à une myriade de complots pour lui faire chuter sitôt.

Selon nos informations, Antonio Souaré bénéficierait désormais des soutiens des sages de la haute Guinée (fief d’Alpha Condé). Nombreux jeunes et sages de cette contrée estimeraient qu’un de leurs est en train de tomber plus bas et qu’il faut influencer le chef de l’Etat pour le relever. Mais le pouvoir entendra-t-il ces appels. C’est à voir le bout du tunnel de cette affaire. Pour cause, dit-on, la LONAGUI serait sur un point de non-retour.

Par Makoura