Le président du Rassemblement pour la Renaissance et le Développement (RRD), Abdoulaye Kourouma, en a exprimé l’aspiration pour le limogeage du Premier ministre Mohamed Béavogui. Il a déclaré dans les colonnes du site Mosaiqueguinee, qu’« il faut nommer un nouveau premier ministre qui va ouvrir le dialogue avec les acteurs. ». Et d’étayer :  « Nous avons vu déjà les limites de monsieur le Premier ministre Béavogui qui ne maîtrise rien. Tout se fait sans lui. Si les militaires ne veulent pas aller au bras de fer, la solution aujourd’hui c’est de trouver un autre Premier ministre sinon, on est à un pas de ce que tout le monde craint… », a-t-il dit.

A l’analyse de cette déclaration, force est de constater que le Premier ministre Mohamed Béavogui n’a plus le même dynamisme qu’il avait à sa nomination, constate-t-on. Puisqu’il a affirmé en clair que son gouvernement n’est pas celui du développement, c’était juste sa première déclaration dès sa nomination ; et d’ajouter que la mission de celui-ci est d’expédier les affaires courantes.

Mais après des jours, des crispations se forgent à son chemin. Un ministre de son gouvernement a été démis de ses fonctions sans explication de sa part. L’opinion publique observe d’autant plus que le CNRD a une certaine ascendance sur le Premier ministre dans les actions de l’exécutif. Le denier fait qui montre des signes de crise, est la protestation de certains partis politiques contre le chronogramme de 36 mois. Mais va-t-il en tirer les conséquences ? Nous donnons la langue au chat.

 

 Par Bakary Sylla