À l’occasion de la journée du 16 juin, considérée chaque année comme journée africaine de l’enfant, la coalition des ONG de protection et de la promotion des droits des enfants, a animé une conférence de presse, mercredi 16 juin 2021, à la maison commune des journalistes à Conakry. Objectif est d’amener le gouvernement guinéen à appliquer les lois portant sur la lutte contre la violence et la traite des enfants dans le pays.  C’est l’une des recommandations adressées à la Guinée par le comité de suivi des Nations-unies pour le droit des enfants.

Cette conférence a connu la participation de plusieurs organisations évoluant dans ce sens, dont le Parlement des enfants de Guinée (PEG), l’association des enfants et jeunes travailleurs de Guinée(AEJTG), le Conseil consultatif des enfants et jeunes de Guinée (CCEJG) et le Club des jeunes filles leaders de Guinée (CJFLG).

Lors de ces débats, tous les représentants de ces organisations sont unanimes d’une seule chose : c’est l’application des recommandations des Nations-unies ratifiée par la Guinée dans un bref délai où plus tard décembre 2021. C’est un plaidoyer que ces ONGs lancent à l’endroit de l’Etat guinéen d’user de tous les moyens pour éradiquer la maltraitance des enfants dans les rues du pays, dans les centres d’apprentissage des métiers où dans leurs familles respectives.

Ces ONGs de défenses des droits des enfants encouragent l’Etat à œuvrer dans le strict respect des principes fondamentaux de la charte des Nations-unies pour l’enfance. Et ce, d’ici fin 2024 avant le passage de la Guinée à l’examen périodique universel de l’ONU, tout en respectant l’agenda de l’Union Africaine pour une Afrique digne des enfants.

Aminatou Baldé, représente du Club des jeunes filles leaders de Guinée, lance une invite au gouvernement : « de pencher sur la situation d’obtention d’acte de naissance des enfants dans les différentes communes du pays, car c’est l‘une des situations qui complique l’obtention des documents administratifs… », a-t-elle souligné.

Pour rappel, depuis 1994, les Nations-unies ont dédié cette journée à l’enfant africain.

Par Talibé Bah