Des opinions estiment plutôt que le président de l’UFDG, Cellou Dalein Diallo semble être dans une prison à ciel ouvert. Interdit à deux reprises de sortir du territoire national depuis la fin de l’élection présidentielle du 18 octobre 2020. L’opposant principal à Alpha Condé enchaîne durement des humiliations liées à ses tentatives de s’envoler hors de la Guinée. Mais une chose reste en sourdine dont le public ignore. ‘’C’est la non-reconnaissance officielle du professeur Alpha Condé en tant que président réélu de la Guinée.’’ voilà hein bien ! “ce que Cellou devrait se résoudre enfin”. Estiment certains avis.

Empêché à nouveau mardi 16 mars 2021 pour se rendre en Côte d’Ivoire en vue d’assister à la cérémonie d’hommage du Premier ministre Hamed Bakayoko, décédé récemment en Allemagne. Une fois dans l’avion, l’opposant s’est vu interpeller par un haut gradé de l’armée. Cellou Dalein Diallo pointe du doigt un seul homme, ‘’c’est le président Alpha Condé qui l’empêche de sortir du pays’’, a longuement évoqué le président de l’UFDG, ce mercredi 17 mars 2021 à la faveur de l’émission « Les GG » de la radio Espace Fm.

« Je pense que c’est un empêchement de sortir hors du pays. Ce n’est pas une interdiction parce que rien ne m’a été notifié. C’est Alpha Condé qui m’a empêché de sortir de la Guinée » a déclaré Cellou Dalein Diallo.

Et d’en dire plus : « Dans l’avion, il y avait un collaborateur d’Alpha Condé dont je vais taire le nom qui aurait l’informer, soudainement un haut gradé de l’armée est rentré dans la cabine de l’équipage puis après un des membres l’équipage est venu auprès de moi pour me dire M. Diallo on a reçu l’ordre de ne pas vous laisser partir avec nous. Mais moi je n’accuse personne sinon qu’Alpha Condé qui a décidé de fermer mon siège et mes bureaux, donc, c’est lui et personne d’autre ne peut faire ça ».

Sur la question de l’authenticité de la lettre d’invitation de l’International Libéral, Cellou Dalein s’explique : « Cette lettre d’invitation de l’International libéral est bien authentique. C’est une lettre qui est venue de la présidente pour que j’aille représenter l’organisation parce que, elle est occupée dans une affaire au Maroc. Moi je ne pouvais faire la force dans l’avion vu que l’équipage m’a poliment adressé », a-t-il précisé.

Par ailleurs, le président de L’UFDG martèle que son Parti reste fort malgré tout ce qui s’est passé depuis le lendemain de l’élection du 18 octobre 2020. « Mais de toutes les façons », dira-t-il, « je compte revendiquer pour me droits et liberté et pour tous les détenus politiques qui pour leur seul tort est d’être militant ou membre de l’UFDG… », ajoute-t-il.

Par Talibé Bah

Tel : 628 33 37 42