Vraisemblablement, la température monte autour de cette histoire du congrès électif de la fédération guinéenne de football (FGF) dont les candidatures sont fermées il y a de cela quelques jours. On sait déjà que le potentiel candidat qui voulait se succéder à lui-même s’est vu recaler de la course, à cause, dit-on « sous le coup d’une condamnation ». Mais son retrait n’a pas pu rendre les choses aisées, on dirait, quelque part, le remords vivrait encore dans les esprits de l’homme et de ses soutiens.

Mamadou Antonio Souaré, puisqu’il s’agit de lui, a évoqué dimanche 9 mai 2021, tard la nuit, de « l’intimidation » et « que ce n’est plus le foot », dira-t-il, faisant allusion selon ses dires au micro de nos confrères de Fim fim, de la « descente » des ‘’gendarmes, la nuit dernière chez lui à 22 heures pour lui retirer ses gardes’’. A-t-il souligné.

« Ils n’ont pas pu avoir accès, ils sont repartis chez eux, et on a revérifié à la source avec général Baldé, ils étaient venus voir si les gendarmes ou les policiers qui me gardaient pour les faire entrer, mais tu ne peux pas faire ça pendant le week-end, en plus la nuit chez les gens à 22 heures, et tout le quartier était dans la rue… », a-t-il souligné chez nos confrères de Fim fim.

L’homme d’affaires a martelé ‘’l’intimidation’’, parlant des hommes armés jusqu’aux dents, venus avec sept pick-up, dit-il, ont fait la visite chez lui pour lui retirer ses gardes.

Il convient de rappeler que cet évènement intervient à vingt-quatre heures après la rencontre de quelques acteurs-clés du football guinéen et le président Alpha Condé dont le compromis aurait porté sur la candidature unique du magnat de l’immobilier, Kerfalla Camara KPC.

Par Makoura