Réunis autour du président de la République, Alpha Condé, samedi 8 mai 2021, pour trouver dit-on « un compromis ». Apparemment, l’écho de cette rencontre relayé par plusieurs médias de la place a fait état d’une « compréhension » quasi-unanime entre quelques acteurs-clés du football guinéen, à savoir, Mathurin Bangoura, Antonio Souaré, KPC et Salifou Camara (super V), dont les soutiens s’attaquent par médias interposés – et tous, selon des sources, auraient vraisemblablement accepté une sortie de crise liée au congrès électif de la fédération guinéenne de football (FGF) en s’accordant à la thèse d’une candidature unique autour de la personne de Kerfalla Camara (KPC).

Après donc ce fameux compromis, trouvé sous l’ombre du président Alpha Condé, Abdoul Karim Bangoura (AKP), qui n’est autre qu’un proche connu de Mamadou Antonio Souaré, s’est publiquement opposé à cette proposition de sortie de crise, déclarant que « la rencontre de Sèkhoutoureyah ne me concerne ni de près, ni de loin. Je reste candidat. »

« La Guinée n’est pas loin d’un comité de normalisation »

Si le congrès électif de la Féguifoot, prévu le 18 mai 2021, pourrait avoir un nouvel ajustement ou voire un rebondissement qui serait par exemple lié à un possible report, parce que, quelque part, les acteurs-clés ne s’entendent pas autour de la candidature unique de KPC ou parce que le plan proposé par le président Alpha Condé a eu la peine de s’appliquer à l’ensemble des protagonistes, « cela nécessiterait de ne pas être surpris d’une éventuelle ingérence de la FIFA en vertu de l’article 8, alinéa 2 des Statuts de la FIFA », a confié un connaisseur du ballon rond. Et d’ajouter que l’exemple ivoirien est illustratif, dont la fédération ivoirienne de football s’est vue imposer un comité de normalisation le 20 décembre 2020 en vue de revoir les textes qui posent problème et de projeter la nouvelle élection afin de mettre en place un nouveau comité exécutif.

Dian Bah