« Il n’aura plus de pagaille en Guinée. Il n’aura aucune zone de non-droit. Désormais on va commencer à faire le contrôle. Tous les gens qui ont construit des grandes villas, on va enquêter pour savoir comment ils ont construit, est-ce c’est avec leurs salaires ou avec prêt bancaire ? Et ça concerne tout le monde, opposition comme mouvance présidentielle, parce que l’argent de la Guinée doit désormais servir au peuple de Guinée », a lancé le président Alpha Condé, juste après la validation de sa victoire ce samedi 7 novembre par la Cour constitutionnelle.

« Notre mandat maintenant c’est améliorer le panier de la ménagère. Donc, tous ceux qui ont pris les biens de l’État, des maisons ou pas, on va les récupérer, qu’ils soient de l’opposition ou de la mouvance, j’ai été très clair, personne n’est au-dessus de la loi, on a pillé ce pays alors que c’est un pays riche, comme disait monsieur Chirac – je ne comprends pas monsieur Condé, de toutes les colonies françaises, c’est votre pays qui avait le plus grand avenir, alors s’il plaît à Dieu nous allons avoir cet avenir. Maintenant j’ai été clair avec les ministres, mais c’est que beaucoup de gens dans le gouvernement n’étaient pas très chauds, ils pensaient qu’on n’allait pas réussir. Mais moi j’ai comme pour principe, seul le silence ne trahit pas. Mais j’ai observé chacun, je sais qui était qui, qui a fait quoi… », a renchéri le président réélu devant une foule de partisans.

À rappeler que la Cour Constitutionnelle a validé l’élection du président Alpha Condé avec 59,50 % des voix contre 33,49% pour son principal opposant Cellou Dalein Diallo.

Dian Bah