Son ambition pour la Guinée semble se mesurer à la dimension de sa taille de soldat. Peu à peu, les Guinéens commencent à déchiffrer le nouvel homme fort de la Guinée, le colonel Mamadi Doumbouya, qui a renversé Alpha Condé le 5 septembre 2021.

Face à la presse, dimanche 14 novembre 2021, le président de la transition est revenu sur les axes prioritaires de la transition qui se veut « inclusive ». En tout cas, c’est la volonté exprimée par les putschistes, si celle-ci ne vient pas à l’encontre du rassemblement et de l’unité des Guinéens, déclare-t-il. Sur la durée de la transition, le colonel Doumbouya renvoie la question au sein du futur Conseil national de transition (CNT), qui fait office de l’Assemblée nationale.

Pour le colonel putschiste, avant le 5 septembre, le pays était dans une instabilité sociopolitique, liée à la nouvelle Constitution, et la liberté collective d’une Guinée était confisquée, et des morts d’homme avaient été enregistrées, une justice aux ordres, l’administration politisée, il fallait donc intervenir… l’armée a décidé de prendre ses responsabilités pour restaurer les principes et règles de la démocratie, de l’état de droit par la refondation de l’Etat et la mise en place d’une justice libre et indépendante, la transparence et de la recevabilité, le respect des libertés, individuelle et collective pour un devenir radieux pour tous les Guinéens, nous comptons sur l’implication de chacun et de tous pour que les défis soient relevés dans notre pays (…) », a-t-il souligné.

Par Makoura